Publicités

Violences, abus, atteintes aux droits de l’homme : les académies de la NBA en Chine en eaux troubles


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /homepages/32/d724696228/htdocs/clickandbuilds/ROSEMOONYNATUREETSANTE/wp-content/plugins/related-articles/related-articles.php on line 758

Alors que la NBA s’est pleinement engagée pour la justice sociale aux États-Unis, l’enquête publiée par ESPN sur les problèmes de ses académies en Chine révèle l’ambivalence de ses engagements.

Désireuse de s’implanter dans le pays afin d’en exploiter l’immense potentiel marketing, la NBA y a installé en 2016 trois académies, comme elle essaie de le faire un peu partout dans le monde. Sauf que les entraîneurs envoyés pour encadrer les programmes ont vécu sur le terrain un choc culturel problématique, dans la mesure où ils ont vite été encadrés et non encadrants : ce sont ainsi les officiels chinois qui sélectionnent les joueurs et dirigent les programmes, dans des infrastructures appartenant au gouvernement. « On travaillait pour le gouvernement chinois en réalité » explique une source. Et dans les faits, le tableau dressé par ces émissaires est effrayant.

 

Huit à dix adolescents dans des chambres de deux

Le point commun dans la majorité des témoignages : l’absence d’école (problème résolu dans un des trois sites seulement) et la violence infligée aux adolescents. « Imaginez un gamin de 13 ou 14 ans se faire frapper par un coach de 40 ans » résume une des sources anonymes d’ESPN. « On participe à ça, la NBA participe à ça. »

La violence est encore globalement très utilisée dans l’éducation chinoise et celle-ci est systémique dans le programme en question, et elle est accompagnée de conditions déplorables au niveau de l’éducation ainsi que de la vie des pensionnaires sur place : un entraîneur affirme qu’ils étaient parfois à huit ou dix dans des chambres de deux. Il décrit d’ailleurs une atmosphère digne de l’Allemagne nazie sur son site : Xinjiang.

Ce territoire du nord-ouest de la Chine résonne en effet dans l’actualité depuis plusieurs années car Pékin est accusé d’y avoir fait interner plus de 1,5 million de musulmans, principalement issus de l’ethnie ouïghoure.

Pourquoi la NBA est-elle allée ouvrir une académie à cet endroit ? Le bras droit d’Adam Silver, Mark Tatum, assure que la ligue n’était pas au courant de ce problème humanitaire au moment de sa création.

Le siège de la NBA était-il au courant ?

Mais dans cette histoire, la NBA répète ne pas être au courant de grand-chose. Un entraîneur confirme avoir été témoin de la stupéfaction d’un émissaire de la ligue concernant l’absence de cours lors d’une visite sur son site. Le problème de remontée de l’information pourrait venir du dénommé Greg Stolt, vice-président des opérations basket de la branche chinoise de la NBA, même s’il est difficile d’imaginer qu’un seul nœud ait pu laisser le siège de la NBA dans le noir, d’autant qu’elle avoue avoir eu connaissance de certains incidents.

« On a été humilié en quelque sorte. Une des leçons qu’on doit retenir, c’est qu’il faut avoir un contrôle plus direct et la possibilité de changer le personnel plus rapidement » justifie Mark Tatum, brandissant la « tolérance zéro » et les « valeurs » de la NBA, en rappelant que celle-ci n’était pas responsable des coachs et des programmes sur place. Il répète aussi que la NBA a fermé son académie à Xinjiang il y a plus d’un an… mais refuse de parler de droits de l’homme pour justifier ce choix qui possède lui aussi une part d’ombre, dans la mesure où la page internet de l’académie n’a été fermée qu’en octobre dernier, après la polémique autour du tweet de Darryl Morey et surtout, deux sources affirment à ESPN que la NBA cherchait encore des coachs l’été dernier pour aller sur place.

Des sources qui n’ont pas respecté les conseils de la ligue pendant cette enquête d’ESPN : ne pas répondre aux questions… et ne pas préciser que la NBA a conseillé de ne pas répondre.

À l’automne, le GM des Rockets Darryl Morey avait fragilisé les relations entre la NBA et la Chine en apportant son soutien aux manifestants de Hong Kong. Une dispute ayant coûté des dizaines de millions de dollars à la ligue, qui fait tout pour éviter le divorce. Mais l’étau se ressert et elle finira par devoir répondre à cette question : peut-elle vraiment fermer les yeux sur tant de problèmes afin de toucher sa part du gâteau sur le marché chinois ?

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :