Temps de sommeil :Tout ce que vous devez savoir

Même s’il existe des gros et des petits dormeurs, une durée minimale est physiologiquement conseillée pour rester en bonne santé. Voici ce qui est nécessaire aux différents stades de la vie.

En matière de sommeil, nous n’avons pas tous les mêmes besoins. Il n’empêche que le temps que nous passons avec Morphée doit se moduler en fonction de notre âge. Insuffisant, il fragilise notre organisme, voire peut affecter notre ADN. Certains travaux scientifiques, parmi lesquels une étude que des chercheurs de Hong Kong ont publiée dans la revue Anesthesia en janvier 2019, ont ainsi mis en évidence le fait que la carence de sommeil et la modification des gènes qu’elle est susceptible d’entrainer favorisent la survenue de certaines maladies type diabète, pathologies cardiaques et cancers. De 0 à 3 mois, il est ainsi normal qu’un nourrisson dorme de quatorze à dix-sept heures. De 4 à 11 mois, cela sera entre douze et quinze heures. Entre un et deux ans, bébé doit disposer de onze à quatorze heures de sommeil quotidiennes.

De la maternelle à la retraiteMan lying in bed sleeping

Une fois l’entrée à l’école effectuée, douze à treize heures sont indiquées. De 6 à 13 ans, mieux vaut veiller à ce que votre loustic ait son compte, c’est-à-dire entre neuf et onze heures. Quant aux adolescents, auprès desquels il est parfois difficile d’avoir de l’autorité sur ce chapitre, huit à dix heures de sommeil sont souhaitables. Du côté des adultes, sept à neuf heures sont optimales. Les personnes âgées, après 65 ans, dorment généralement une heure de moins qu’elles le faisaient auparavant, notamment à cause des réveils nocturnes, ce qui est compensable par une sieste.

Nuits en berne

Baby sleeping

Si l’on croit les données récemment publiées par le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), nous passons de moins en moins de temps sous la couette. Le temps de sommeil moyen des 18-75 ans est ainsi de 6 heures 45 minutes (6 heures 34 minutes en semaine, 7 heures 12 minutes le week-end). Il est donc inférieur à la fourchette basse recommandée par les autorités de santé publique qui préconisent au moins sept heures. Plus inquiétant encore, 35,9 % des Français dorment moins de 6 heures.

 

Rythmes perturbés

D’ici 2021, la France devra décider si elle conserve le principe du changement d’heure. En attendant, nous continuons à reculer notre montre en automne et à l’avancer au printemps. Une variation contrainte qui n’est pas sans effet sur l’organisme. Parce qu’il fait jour plus tard, ceux qui se couchent tôt et sont sensibles à la lumière naturelle peuvent avoir des difficultés à s’endormir. Et ceux qui souffrent d’insomnies ont tendance à voir leur problème s’aggraver à l’issue de celui-ci.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :