Publicités

SUD-corée: Le maire de Séoul, Park Won-soon, retrouvé mort

L’édile pourrait s’est suicidé, après le dépôt d’une plainte pour harcèlement sexuel par une ancienne secrétaire, alors que cet ancien avocat a toujours milité pour les droits des femmes.

Figure progressiste de la politique sud-coréenne, ancien avocat militant des droits humains et considéré comme présidentiable, le maire de Séoul, Park Won-soon, a été retrouvé mort aux premières heures, vendredi 10 juillet. Son corps a été découvert dans les bois du mont Bukak, sur les hauteurs du nord de la capitale. Il a été transporté à l’hôpital de l’université de Séoul, où l’attendaient des centaines de partisans bouleversés, qui criaient : « Nous t’aimons, Park Won-soon ! »

« Nous prions pour l’âme du défunt et présentons nos plus sincères condoléances aux citoyens », a déclaré le maire adjoint, Seo Jeong-hyup, qui assurera l’intérim jusqu’à l’élection du prochain édile, prévue en avril 2021. Les autorités devaient dresser un autel à la mairie, et un deuil de cinq jours sera observé.

M. Park pourrait avoir mis fin à ses jours. Le maire avait annulé ses engagements du 9 juillet « pour raisons de santé ». Sa fille avait signalé sa disparition en fin d’après-midi, ajoutant avoir découvert une lettre « semblable à un testament ».

Son décès suit le dépôt, le 8 juillet, d’une plainte pour harcèlement sexuel par une ancienne secrétaire. D’après l’agence de presse Yonhap, la plaignante accusait l’édile de « contacts physiques » non désirés et de lui avoir adressé, depuis 2017, des messages au contenu « inapproprié ». Un reportage à ce sujet devait être diffusé jeudi soir.

L’annonce de sa mort en relation possible avec des accusations de harcèlement a choqué, M. Park ayant toujours milité pour les droits des femmes. Conformément à la loi, le décès met fin aux poursuites. La mairie n’a pas précisé si elle envisageait une enquête.

Une lettre d’excuses et d’adieu

Dans un message écrit à la main avec de l’encre et un pinceau, trouvé dans sa résidence officielle et rendu public, Park Won-soon a présenté des excuses très générales. « Je suis désolé pour tout le monde », a-t-il écrit, demandant à être incinéré et que ses cendres soient dispersées sur la tombe de ses parents. « Je suis désolé pour ma famille, à qui je n’ai fait que causer de la peine », a-t-il ajout, avant de signer « Au revoir », sans faire référence aux accusations dont il fait l’objet.

Figure emblématique du Parti démocrate

Figure emblématique du Parti démocrate (centre gauche) au pouvoir, Park Won-soon dirigeait depuis 2011 la gigantesque capitale de la Corée du Sud, qui compte environ dix millions d’habitants, soit presque un cinquième de la population du pays.

Il était considéré comme un candidat potentiel pour succéder à l’actuel chef de l’Etat, Moon Jae-in, lors de l’élection présidentielle de 2022. Si l’hypothèse du suicide était confirmée, ce serait le plus haut responsable politique sud-coréen à avoir mis fin à ses jours depuis que l’ancien président Roh Moo-hyun s’est jeté du haut d’une falaise en 2009, après avoir été interrogé sur des allégations de corruption ayant visé des membres de sa famille.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :