Publicités

Succession de gré à gré/Oumarou Fadil (membre influent du RDPC): «Le pouvoir n’est pas dans les rues encore moins dans les réseaux sociaux ou autre lieu relevant de l’anarchie. Il est dans les urnes»

L’ancien maire de la commune de Douala 3ème rejette la thèse d’une succession de gré à gré au sommet de l’Etat, telle que soutenue par certains leaders de l’opposition et de la société civile.

L’homme d’affaires Oumarou Fadil, ancien maire de la commune de Douala 3ème, a accordé une interview au quotidien Le Messager édition du 29 juin 2020.

Dans cet entretien, le membre influent du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), le parti au pouvoir, s’est prononcé sur plusieurs sujets d’actualité dont le débat sur une probable succession de gré à gré au sommet de l’Etat.

L’homme politique rejette en bloc cette thèse. Il estime que la démocratisation de notre pays est en marche il y a belle lurette. «Et la mise sur pied des institutions fortes est indéniable. Nous sommes un pays démocratique et le pouvoir s’acquiert toujours par la voie des urnes. Je crois que depuis l’avènement du multipartisme, nous sommes toujours passés par des élections libres et transparentes implémentées et voulues par notre chef de l’Etat».

 A mon humble avis, poursuit le militant du RDPC, «il en sera toujours ainsi. Le peuple doit s’exprimer parce que selon des canaux bien précis, dans les règles et toute la liberté que lui offre la Loi. Le pouvoir n’est pas dans les rues encore moins dans les réseaux sociaux ou autre lieu relevant de l’anarchie. Il est dans les urnes», soutient-il.

En ce qui concerne le fonctionnement de son parti, le RDPC, qui n’a pas tenu de congrès depuis une dizaine d’années,  l’ancien maire relève que le RDPC est hiérarchisé et fonctionne bel et bien. «On ne doit pas quand même lui faire le procès d’être une formation politique structurée et respectueuse de ses textes. Des instructions du président national sont régulièrement données aux militants à travers le secrétariat général, et parfois même de façon directe. Il n’y a donc pas immobilisme. Vous avez remarqué que le RDPC est sur tous les fronts. Lors des opérations électorales, le RDPC auquel j’appartiens, a toujours gagné, que ce soit lors des élections présidentielles que locales. Alors, on ne peut pas dire que la hiérarchie est grippée puisque tout fonctionne à merveille. Le moment venu, il y’aura un congrès du RDPC».

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :