Publicités

SANTE-Coronavirus: les autorités sanitaires françaises enquêtent sur 68 clusters

Les autorités sanitaires françaises enquêtent actuellement sur 68 clusters COVID-19 et invitent les populations à continuer de respecter les règles de distanciation sociale.

Cinq nouveaux clusters ont été identifiés mardi, selon l’Agence nationale de la santé, Santé Publique France, portant le nombre total sous enquête à 68.

Les autorités définissent un cluster comme «la survenue d’au moins trois cas confirmés ou probables, sur une période de sept jours, et qui appartiennent à la même communauté ou ont participé au même rassemblement de personnes, qu’elles se connaissent ou non».

La moitié nord du pays et les territoires d’outre-mer continuent d’être plus gravement touchés.

Dans le nord-ouest de la Mayenne, six clusters ont été identifiés ces dernières semaines avec un nombre de cas confirmés quadruplant de 54 à 219 entre le 25 juin et le 6 juillet. Pour faire face à cette augmentation anormale, un plan de dépistage de masse a été lancé et tous les résidents de plus de 10 ans ont été invités à se faire dépister. Cela touche environ 300 000 personnes.

Quatre des grappes ont été observées au centre administratif du département, Laval, avec un abattoir, une maison de soins infirmiers, une école et un centre d’hébergement et d’assimilation touchés. Les deux autres sont situés dans un autre abattoir et un foyer pour jeunes travailleurs à Craon, à environ 35 km au sud de Laval.

A Montargis, ville de 65 000 habitants du département du centre-nord du Loiret, plus de 2 000 personnes ont été testées entre samedi et lundi. Seuls deux des 1000 premiers tests sont revenus positifs, portant à 50 le nombre total de cas confirmés dans ce groupe.

Les autorités n’ont pas communiqué sur l’origine du cluster mais le maire de Montargis, Benoit Digeon, a évoqué la possibilité d’une fête de famille.

Dans la deuxième ville du pays, Lyon, 450 élèves et le personnel d’une école locale ont reçu l’ordre de s’auto-isoler lundi après l’enregistrement de six cas. Tous ont été invités à passer un test et à se mettre en quarantaine pendant 14 jours, même s’il est négatif.

Dans la région sud-ouest de la Nouvelle-Aquitaine , deux nouveaux clusters ont été identifiés au début du mois. La ville de Bordeaux a également signalé un cluster probable après qu’une personne infectée a déclaré avoir été en contact avec 23 personnes récemment.

Au total, 304 clusters ont été recensés à travers le pays entre le 9 mai et le 1er juillet. La France métropolitaine en comptait 284, les 20 restants étant recensés dans les DOM.

Selon Santé public France, le nombre moyen de cas détectés par cluster est de 15,6. Au total, les grappes identifiées étaient à l’origine de 4 742 cas.

Le pays est parmi les plus touchés par le virus mortel avec 29 965 décès et 169 473 infections enregistrées depuis le début de l’épidémie.

Le décompte quotidien des infections et des décès a diminué depuis fin mai, ce qui a incité le gouvernement le mois dernier à accélérer son plan pour assouplir les restrictions de verrouillage. Mardi, les autorités sanitaires ont signalé 663 nouveaux cas et 34 décès dans les hôpitaux.

Mais Jérôme Salomon, le plus haut responsable de la santé en France continue d’appeler à la prudence, soulignant que le pays « doit se préparer à une reprise de l’épidémie, voire à une deuxième vague ».

Il a ajouté qu’il fallait « anticiper un rebond épidémique cet automne ou cet hiver » car le « virus (…) circule toujours ».

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :