Publicités

RDC: qu’en est-il de l’insécurité à Lubumbashi

La police assure que durant les sept derniers mois le taux de criminalité a baissé grâce au renforcement des patrouilles et à la collaboration de la population. Mais la société civile a un avis contraire. Pour elle, l’insécurité est toujours persistante à Lubumbashi. Chaque jour, elle enregistre des cas de cambriolages, accompagnés parfois de meurtre et de viol.

Pour le commissaire provincial de la police dans le Haut Katanga, la criminalité à Lubumbashi est réduite de moitié par rapport à l’an dernier. Par exemple, les cas de vol à main armée sont passés de 499 à 205 cette année ; seuls 97 cas de viol sont enregistrés contre 169 l’an dernier. 

« Le résultat repose plus sur le partenariat police-population, explique le général Louis Secong Karawa. Nous avons procédé à plusieurs arrestations, des civils, des policiers, des militaires. Et la majorité d’entre eux ont été déférés devant la justice ».

La société civile du Haut-Katanga elle, n’est pas de cet avis. Son rapport d’août dernier indique que depuis le début de l’année plus de 2.700 cas de vol à main armée ont été rapportés pour la seule ville de Lubumbashi et plus de 400 cas de viol et 96 meurtres.

« Pour le 1er semestre, nous sommes arrivés à 4417 cas ; nous avons enregistré des crimes allant du vol simple au vol avec une arme jusqu’à l’assassinat. Les écarts relèvent peut-être de la (volonté) du commissaire principal de la police de ne pas créer de la psychose. » Mais minimiser les faits entraîne une baisse de la collaboration de la population, conclut Jeff Mbiyaun des responsables de la société civile.

La société civile reste préoccupée par l’insécurité à Lubumbashi. Ce lundi 11 octobre, un homme a été abattu à son domicile au quartier Kigoma par des bandits armés.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :