Publicités

POURQUOI LES LAMPES UV VONT DEVENIR LES MEILLEURES ARMES ANTI-COVID DES ENTREPRISES

Certains ultraviolets s’avérèrent redoutables pour détruire en un temps record les virus. Et déjà plusieurs PME proposent des lampes capables de stériliser des pièces entières.
 

« En 4 secondes, on tue le Covid ». Armé de sa lampe UV, Victor Vincentz, fondateur de Concept Light, promet d’en finir avec le virus. Au moins pour 96 heures… Cette fameuse lampe, baptisée SterilUV Compact, est un concentré de technologies mais son principe est connu depuis des décennies.

Elle projette des rayons ultraviolets, fatals pour les micro-organismes. Rien à voir avec les cabines de bronzage : les rayons UV (invisibles à l’œil nu) ne sont pas les mêmes.

Les UV sont divisés en trois catégories, en fonction de leur longueur d’onde. Les UV-A et les UV-B ont des longueurs d’ondes comprises entre 280 et 400 nanomètres. Les UV-C sont la catégorie en dessous : entre 100 et 280 nanomètres.

Stériliser les hôpitaux

Ce sont ces derniers qui sont particulièrement intéressant dans le cadre de cette pandémie. Quand ils sont émis par le soleil, ils sont totalement filtrés par la couche d’ozone. Et heureusement, car ce sont les plus nocifs en détruisant en quelques secondes tous les organismes. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ils sont utilisés depuis une trentaine d’années dans les laboratoires et certains hôpitaux pour stériliser des pièces ou des accessoires.

Originellement, on utilisait des lampes à mercure pour émettre ces rayons. De nombreuses entreprises se sont ainsi spécialisées dans cette technologie, comme la PME corrézienne UV Germi, qui propose par exemple de désinfecter les piscines en faisant passer l’eau à travers ces rayons UV, dans un tube isolé.

Mais l’arrivée des LED a encore accru le nombre d’applications. Concept Light a d’ailleurs décidé de n’utiliser que cette technologie puisque le mercure a vocation à être interdit dans les années à venir.

« L’avantage de la LED, c’est aussi de moins consommer et d’avoir moins de déchets à la fin » souligne Victor Vincentz. Enfin, la LED a une durée de vie plus longue, malgré son prix près de deux fois plus élevé que la lampe à mercure (2990 euros à l’achat ou 69/mois par celle de Concept Light).

Pour désinfecter, il suffit de passer cette lampe à 4 centimètres d’un objet, d’une surface. L’adjonction d’UV-A et d’UV-B aux UV-C permet d’améliorer encore l’efficacité et de retarder à 96 heures l’apparition de nouveaux micro-organismes, si évidemment on ne remet pas d’agents infectieux. Et en pleine pandémie, les attentes sont nombreuses :

« Les secteurs de la santé, des transports, des véhicules d’urgences, les cabines d’essayage » énumère Victor Vincentz. « On a aussi des approches de la grande distribution pour le nettoyage des caisses, des ordinateurs ».

Plus ambitieux, des systèmes de filtration permettent d’aspirer l’air d’une pièce et de la faire passer à travers des UV pour le rejeter. Valeo a d’ailleurs développé un module pour équiper des autobus.

Des robots-totems peuvent aussi désinfecter en une quinzaine de minutes une pièce d’environ 50m². A condition que personne n’y soit explosé. Car la raison pour laquelle ces lampes ne seront jamais vendues à des particuliers reste leur dangerosité. « Il faut former les utilisateurs et leur fournir des équipements de protection » insiste Victor Vincentz. Si les UV-A des cabines de bronzage sont controversées, les UV-C sont les plus dangereux et ne doivent être manipulés sans précaution.

Une autre solution pour l’industrie est de fabriquer des outils spécifiques. Du côté de Concept Light, on réfléchit ainsi à des « tunnels » à caddies pour les supermarchés… Mais à l’exception de la lampe portative, tous ces nouveaux outils ne verront pas le jour avant un ou deux ans et auront probablement pour mission d’endiguer les futures épidémies.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :