Publicités

Mise à jour: Interdiction de quatre ans a la Russie de tout sport international pour échecs de dopage confirmée par le Tribunal arbitral du sport

Le Tribunal arbitral du sport a confirmé l’interdiction de la Russie de tout sport international en raison des échecs de dopage du pays, mais a réduit de moitié la sanction de quatre ans de l’interdiction de quatre à deux ans.

Le pays s’est vu imposer pour la première fois une interdiction de quatre ans de la compétition sportive internationale en décembre 2019. 

Malgré la nouvelle décision, l’interdiction de deux ans obligera toujours les athlètes russes à concourir sous un drapeau neutre – et sans l’hymne national du pays – aux Jeux olympiques de Tokyo en été et aux Jeux olympiques d’hiver de 2022 à Pékin. 

Le verdict signifie également que l’équipe de football russe ne pourra pas participer à la Coupe du Monde de la FIFA dans deux ans au Qatar, plus de 24 mois après avoir accueilli le dernier tournoi.

L’interdiction stipule que la Russie n’est pas interdite de participer aux épreuves de qualification, ce qui signifie que l’équipe de Stanislav Cherchesov pourrait – et sera probablement – encore confrontée à des matches de qualification pour la Coupe du monde même si elle est interdite de participer au tournoi lui-même.

 

La décision de jeudi interdit également à la Russie d’accueillir ou de soumissionner pour accueillir des Jeux Olympiques ou des championnats du monde pendant son interdiction de deux ans. Et cela interdit au président russe Vladimir Poutine et à d’autres hauts responsables du gouvernement d’assister aux deux prochains Jeux olympiques.

Le président de l’Agence mondiale antidopage (AMA), Witold Ba? Ka, a déclaré dans un communiqué que l’organisation « est heureuse d’avoir gagné cette affaire historique ».

« Le Panel a clairement confirmé nos conclusions selon lesquelles les autorités russes ont manipulé effrontément et illégalement les données du laboratoire de Moscou dans le but de dissimuler un système de dopage institutionnalisé », a-t-il déclaré. «Face à la résistance et au déni continus de la Russie, nous avons clairement prouvé notre cause, conformément à la procédure régulière.

« Nous sommes cependant déçus que le panel du TAS n’ait pas approuvé chacune des conséquences recommandées pour la période de quatre ans que nous avons demandée. Nous pensons qu’elles étaient proportionnées et raisonnables, mais en fin de compte, l’AMA n’est pas le juge mais le procureur et nous devons respecter la décision du Groupe spécial. « 

 

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :