MHD : révélations sur le rôle trouble du rappeur suite a la rixe mortelle à Paris.

Le rappeur mis en examen pour homicide volontaire dans l’enquête sur la mort d’un jeune homme en juillet lors d’une rixe à Paris « entre bandes du 10e et du 19e arrondissement ». Malgré l’absence « de preuves scientifiques ou techniques », les enquêteurs ont mis au jour des indices « troublants », selon « le parisien », sur l’implication de MHD.

Au cœur de l’été, un jeune de 23 ans avait succombé à un passage à tabac et à une blessure à l’arme blanche rue Saint-Maur, dans le 10e arrondissement de la capitale. « Plusieurs jeunes du 19e étaient descendus sur le 10e en mode ‘opération punitive' », a relaté une source proche du dossier. La berline du rappeur, retrouvée brûlée le lendemain, aurait également servi de voiture-bélier pour foncer sur la bande rivale, avant qu’un des individus attaqués ne soit roué de coups de poing et poignardé à mort.

MHD, qui nie toute implication dans cet homicide, aurait été reconnu sur place par des passants et pourrait être confondu par sa coupe de cheveux et un… survêtement, visible sur les images captées par les caméras d’un restaurant situé à proximité.

Voilà la banale -et triste- illustration de la violence qui mine les rivalités entre les bandes du nord-est de Paris : les cités alliées de la Grange-aux-Belles et du Buisson-Saint-Louis (Xe), auxquelles appartiendraient Loïc et ses amis, contre celle des Chaufourniers (XIXe), surnommée la Cité rouge. À ceci près que le drame implique cette fois… une star du rap français, connue pour ses « flows » aux sonorités africaines.

«La victime n’était pas directement ciblée»

Après six mois d’enquête, Mohamed Sylla, dit MHD, un artiste de 24 ans ayant grandi aux Chaufourniers, a été mis en examen pour homicide volontaire et écroué. Quatre autres personnes sont poursuivies à des degrés divers. Mais les investigations, dont nous avons pris connaissance, montrent que les assaillants étaient dix au total : sept à pied, trois dans la Mercedes. La berline appartient au rappeur, comme l’a confirmé la découverte, dans l’habitacle, de documents de voyage pour la Guinée ainsi qu’un cahier de 89 pages intitulé « MHD, histoire d’enfances irrégulières ».

Un survêtement Puma pas encore sur le marché

Grâce à une vidéo amateur et celle d’un restaurant voisin, les policiers ont positionné chacun des agresseurs, la plupart encapuchonnés, en leur adjoignant une lettre. MHD est soupçonné d’être l’individu D : celui qui descend de la Mercedes, qui frappe Loïc K. à la tête puis s’enfuit à pied après avoir tenté de rentrer dans le véhicule déjà rempli par six complices.

Le rappeur a été identifié Selon les enquêteurs par ses cheveux teintés blonds, coupe arborée lors d’un concert trois jours plus tôt, ainsi… qu’un ensemble de survêtement Puma particulier. Non commercialisée, cette tenue sombre est réservée aux « ambassadeurs » de la marque, cercle restreint dont fait partie MHD. Un témoin certifie par ailleurs l’avoir reconnu dans le véhicule au moment de la collision, puis en dehors lors de la rixe. Dès les constatations, les enquêteurs avaient aussi entendu des riverains crier « c’est MHD » autour du cordon de sécurité.

Étiquettes : , , ,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :