Publicités

Mali: dans les coulisses de la libération des otages, d’âpres négociations

La libération jeudi soir des quatre otages au Mali, Soumaïla Cissé, Sophie Pétronin et les deux Italiens, Nicola Chiacchio et le père Pier Luigi Maccalli, est intervenue à l’issue de longues et difficiles négociations à l’issue longtemps incertaine. Une rançon aurait été payée et de nombreux jihadistes ont été libéré par les autorité maliennes. Retour sur ce que l’on sait des tractations et des contreparties exigées.

Le 5 avril dernier, quelques jours après l’enlèvement de Soumaïla Cissé, le Premier ministre de l’époque Boubou Cissé sur papier avec en tête de la primature, délivre un mandat à un homme d’affaires malien pour conduire les démarches en vue de la libération de l’opposant.

Très rapidement le contact est établi. Les ravisseurs du groupe jihadiste de Iyad Ag Ghaly acceptent des médicaments destinés à l’homme politique malien, donnent des preuves de vie et posent par écrit deux conditions pour le libérer. Première condition, l’élargissement de prisonniers jihadistes détenus au Mali et, deuxième condition, le paiement d’une rançon de 2 millions d’euros.

Les discussions se poursuivent mais entre temps la fillière de négociations est dessaisie et l’affaire est confiée aux services spéciaux du Mali qui désignent un autre médiateur… Et là le président malien d’alors, Ibrahim Boubacar Keïta, demande aussi la libération de l’otage française Sophie Pétronin par le même canal. De longues tractations s’ensuivent d’autant la demande de libération de deux otages italiens s’ajoute à la liste.

Finalement le week-end dernier au moins 200 prisonniers jihadistes ou présumés tels sont libérés. Parmi eux une vingtaine de « gros calibre ». Une source pénitentiaire malienne se souvient d’ailleurs que dans le cadre d’une enquête, il y a quelques moins, la division « droit de l’homme » de la mission de l’ONU au Mali leur avait rendu visite en prison. Mais au dernier moment un grain de sable a surgi, bloquant le processus. Les ravisseurs exigent d’autres libérations. Demande acceptée… Une rançon aurait été payée et les otages ont finalement été libérés.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :