Publicités

L’UE et les Etats-Unis s’alarment des mesures prises par la Chine contre les députés de Hongkong

Quatre élus prodémocratie ont été renvoyés sur demande chinoise. Pour Washington, Pékin a « violé de manière flagrante » l’autonomie de Hongkong.

La décision prise par Pékin de révoquer quatre députés hongkongais prodémocratie inquiète à l’international. Mercredi 11 novembre, les quatre élus ont été démis de leur mandat après l’autorisation accordée aux autorités locales d’évincer tout législateur considéré comme une menace pour la sécurité nationale, sans même passer devant un tribunal. Dans la foulée, les quinze autres députés prodémocratie de Hongkong ont décidé de démissionner. Le Conseil législatif (LegCo), Parlement de Hongkong, s’est réuni jeudi sans aucun d’eux.

L’Union européenne a demandé jeudi à la Chine de revenir « immédiatement » sur ces décisions et appelé à « la réintégration immédiate » des députés démis de leurs fonctions, a déclaré dans un communiqué le haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères, Josep Borrell, s’exprimant au nom des Vingt-Sept.

« Extinction de liberté »

Les Etats-Unis ont menacé, mercredi 11 novembre, la Chine de nouvelles sanctions pour avoir, selon eux, « violé de manière flagrante » l’autonomie de Hongkong. « Les actions récentes de Pékin disqualifiant les législateurs prodémocratie du Conseil législatif de Hongkong ne laissent aucun doute sur le fait que le Parti communiste chinois [PCC] a violé de manière flagrante ses engagements internationaux », a déclaré Robert O’Brien, le conseiller à la sécurité nationale du président américain, Donald Trump. Il a ajouté que les Etats-Unis continueraient d’« identifier et de sanctionner les responsables de l’extinction de la liberté à Hongkong ».

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :