L’épidémie de grippe a moins tué que la moyenne cet hiver

L’épidémie de grippe saisonnière de l’hiver 2019 a entraîné une mortalité moins élevée que la moyenne des années précédentes, selon un bilan préliminaire publié mercredi par Santé publique France. Cette année, l’épidémie de grippe a commencé en Occitanie début janvier et s’est propagée en trois semaines à l’ensemble des régions métropolitaines.

 

L’épidémie reste cependant « importante » compte tenu de sa courte durée – deux mois. L’agence sanitaire souligne que 9 900 décès lui sont attribuables sur les 13 100 décès de toutes causes confondues en excès. Ces chiffres portent sur la période de surveillance de la grippe, démarrant dès le mois d’octobre. La grande majorité de ces décès liés à l’épidémie touche des personnes âgées de 75 ans ou plus.

 

« Ce chiffre est inférieur à la moyenne estimée de 10 000 décès par an sur la période 2010-2018, mais reste important compte tenu de la courte durée de l’épidémie » en France métropolitaine, note l’agence sanitaire. Cette maladie virale avait entraîné 14 400 décès lors de l’épidémie de 2016-2017 et 12 980 l’an dernier, d’après les estimations précédentes.

 

Le vaccin a eu une « efficacité modérée » et « variable selon les souches virales ». L’efficacité vaccinale chez l’ensemble des personnes à risque a été de 47 % tous virus confondus, de 69 % contre le virus A(H1N1)pdm09 et de 33 % contre le virus A (H3N2), d’après des données du réseau de surveillance Sentinelles.

 

LIRE AUSSI >> L’enjeu de la vaccination de la grippe

Pour sa part, l’étude européenne I-Move, incluant des données provenant de neuf pays dont la France d’octobre 2018 à janvier 2019, montre une efficacité vaccinale tous virus confondus de 59 % chez l’ensemble des personnes à risque.

Étiquettes : ,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :