Publicités

La libération de l’assignation à résidence ne change rien – Kamto

Le chef de l’opposition camerounaise du MRC, Maurice Kamto, a critiqué le gouvernement pour avoir perdu du temps et des ressources à le maintenir en résidence surveillée jusqu’au début de la semaine.

Il avait passé 78 jours en détention après avoir appelé à des manifestations pacifiques anti-gouvernementales en septembre qui ont vu des centaines de manifestants arrêtés. Un certain nombre de journalistes présents sur les lieux ont également été arrêtés.

Quelques jours avant sa libération mardi, le Cameroun a tenu ses premières élections au conseil régional visant à pacifier ceux qui appellent au fédéralisme. M. Kamto et d’autres personnalités de l’opposition ont boycotté le vote, ce qui a vu le parti au pouvoir, le RDPC, remporter neuf conseils sur dix.

Dans un entretien avec la BBC, M. Kamto a déclaré qu’il continuerait à se battre pour des réformes électorales et une résolution de la crise dans les régions anglophones du Cameroun, où les séparatistes mènent une insurrection et les forces gouvernementales ont été accusées d’atrocités.

Il a accusé le gouvernement du président Paul Biya d’avoir annulé les acquis du Cameroun dans son processus de démocratisation.

Il a raconté  son expérience en résidence surveillée:

Message de citation: Cela m’a empêché de mes engagements à l’étranger – l’enseignement dans certaines universités où j’ai été invité en tant que professeur. Je ne pouvais pas exercer mes fonctions professionnelles comme d’habitude … Mais j’ai quand même réussi à faire du travail, à continuer à siéger pour les défenses de doctorat via Zoom. « 
 
Message de citation: Le retrait de la police autour de ma maison ne change rien en ce qui me concerne. Le problème est la situation de notre pays et jusqu’à ce que vous résolviez la crise anglophone, arrêtez l’effusion de sang dans les [régions] du Nord-Ouest et du Sud-Ouest – jusqu’à ce que vous acceptiez de faire une réforme consensuelle du code électoral pour éviter de nouvelles post-électorales crise dans ce pays – cela ne change rien que vous me mainteniez en détention à domicile sans aucune base légale, ou que vous me donniez ma liberté constitutionnelle normale de bouger. « 
Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

Cameroun – Crise Anglophone/Jacques Fame Ndongo à RFI: «Il est difficile de procéder à un cessez-le-feu avec des sanguinaires»Cameroun – Crise Anglophone/Jacques Fame Ndongo à RFI: «Il est difficile de procéder à un cessez-le-feu avec des sanguinaires»

Le Ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement Supérieur réagissait aux multiples appels de la communauté internationale en faveur d’un arrêt des hostilités sur le terrain. Il a également donné un avis

%d blogueurs aiment cette page :