Publicités

Julia Roberts : « Mon appétit pour le cinéma est intact »

C’est la plus populaire, la plus iconique, la plus magnétique. À 51 ans, Julia Roberts n’a rien perdu de sa superbe et remet son titre en jeu dans Ben Is Back, un film taillé pour les Oscars. Brève rencontre à Toronto.

Aux récents Golden Globes , en dépit de sa robe mauve kilométrique qui nécessitait deux assistants pour éviter l’effet bouillonné, Lady Gaga un effet visuel à elle seule – n’est pas parvenue à éclipser Julia Roberts , starissime institution, impeccable dans sa combi Stella McCartney. Curieusement, «la» Roberts n’a pas été nominée pour sa performance dans Ben Is Back, le film censé la porter jusqu’aux prochains Oscars.887.jpg

Mais rien n’est encore joué pour cette femme puissante qui semble attaquer 2019 avec des résolutions offensives : mettre un terme à un semi-dilettantisme supposé et en découdre avec une nouvelle génération de tueuses très actives les Emma Stone et autres Jennifer Lawrence en utilisant les mêmes armes de connexion massive : réseaux sociaux (son compte Instagram a dépassé les 4 millions de followers) et occupation du tapis rouge (elle a fait l’objet d’un relooking totalement réussi).

On rencontre Julia Roberts au dernier Festival de Toronto, en septembre. Elle y fait une apparition éclair le temps de présenter Ben Is Back. Elle est évidemment la plus désirée, mais la réciproque n’est pas vraie. Ce n’est un secret pour personne, miss Roberts ne raffole pas des journalistes et, en général, se contente de leur servir des éléments de langage parfaitement rodés, avec un charme distant. Ce matin-là, dans le sous-sol hideux et bunkérisé d’un grand hôtel, des brochettes de reporters avides l’attendent pour quelques minutes d’une conversation qui n’a d’autre mérite que celui de l’approcher et de la dévisager sans risque d’esclandre, une occasion rare puisque Roberts est plutôt inaccessible, farouchement défendue par une intraitable publicist.julia-roberts.jpg

Blonde, en tailleur masculin beige, une bouteille d’eau minérale à la main, mince – presque trop -, elle est absolument superbe, souveraine, control freak au sourire carnassier, entre morgue et décontraction. Sa belle voix est parfaitement posée et son verrouillage automatique n’est pas une option. Personne n’aurait l’idée risquée de lui demander un selfie.

 

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :