Publicités

Joe Biden choisit l’Amérindienne Deb Haaland à la tête du département de la Sécurité intérieure

Joe Biden a choisi jeudi l’élue amérindienne Deb Haaland comme secrétaire à l’Intérieur, un vaste département chargé des ressources naturelles, un nouveau symbole de la diversité souhaitée par le président élu américain dans son futur gouvernement.

 

Le président élu américain Joe Biden a annoncé jeudi 17 décembre sa décision de nommer la représentante démocrate du Nouveau-Mexique Deb Haaland à la tête du département de la Sécurité intérieure.

Deb Haaland, membre de la tribu Laguna Pueblo installée au Nouveau-Mexique et élue au Congrès depuis 2019, serait la première amérindienne à diriger ce ministère, qui gère notamment les réserves indiennes. Le département de la Sécurité intérieure emploie plus de 70 000 personnes aux États-Unis et gère environ un cinquième de la superficie du pays.

Deb Haaland, 60 ans, qui figurait parmi les favorites pour ce poste, a déjà exprimé sa volonté de favoriser l’expansion des énergies renouvelables sur les terres fédérales et d’arrêter d’encourager les énergies fossiles, comme le faisait l’administration de Donald Trump.

Une pétition, soutenue par plus de 120 représentants tribaux, a récemment exhorté Joe Biden à « faire l’Histoire » en nommant Deb Haaland à ce poste, crucial pour les quelques 600 tribus reconnues aux États-Unis.

 

Deb Haaland a été l’une des deux premières Amérindiennes à être élue au Congrès en 2018, à la Chambre des représentants. Cette mère célibataire, qui a vaincu l’alcoolisme et a dû un temps recourir à des bons d’alimentation gouvernementaux, faisait partie de cette vague de femmes candidates au Congrès pour s’opposer à la politique du président Donald Trump.

Avant Deb Haaland, seul un Amérindien avait fait partie du gouvernement américain : Charles Curtis, vice-président de Herbert Hoover entre 1929 et 1933.

Joe Biden a également décidé de nommer Michael Regan, principal régulateur environnemental de Caroline du Nord, au poste de directeur de l’Agence américaine pour la protection de l’environnement (EPA). Si cette nomination était confirmée par le Sénat, Michael Regan deviendrait le premier Afro-Américain à diriger l’EPA.

Par ailleurs, le président élu américain a choisi Gina McCarthy, ancienne administratrice de l’EPA, pour diriger un nouveau cabinet consacré au réchauffement climatique.

Publicités
Étiquettes :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :