Publicités

ESCROQUERIE : UN FOOTBALLEUR CAMEROUNAIS RISQUE LA PEINE DE MORT EN BIRMANIE


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /homepages/32/d724696228/htdocs/clickandbuilds/ROSEMOONYNATUREETSANTE/wp-content/plugins/related-articles/related-articles.php on line 758

Tristesse et pleurs partagent désormais le quotidien de la famille Tchougang. Les frères, sœurs et oncles sont assis à l’ombre d’un arbre. La situation du jeune Guillaume Nkendo inquiète. Fils aîné, le footballeur professionnel vit des moments difficiles en Birmanie. Sa maman explique : «Nous sommes au courant depuis le 25 mars par l’entremise d’un de ses amis, que Guillaume, notre fils a été arrêté dans un aéroport birman. Sur les raisons, il nous fera savoir que Guillaume a foutu son nez dans une affaire d’escroquerie évaluée à 250 millions de F CFA».

Seul soutien de la famille depuis près de dix ans, l’ancien joueur d’Albacète en Espagne, passé également par la Turquie risque la peine de mort. Une peur anime sa mère Lisette, celle de ne plus voir son fils. Elle appelle à la mobilisation. «J’interpelle ici les autorités camerounaises, soucieuses des conditions de vie de leurs concitoyens à travers le monde de nous venir en aide. Il a défendu les couleurs camerounaises, et on ne saurait le laisser dans cette souffrance», lance-t-elle, en larmes. Comme Guillaume Nkendo, plusieurs autres jeunes footballeurs camerounais et africains en général vivent le martyr dans ce pays d’Asie. Eux, qui dans l’espoir d’avoir un salaire décent et une carrière à l’international, empruntent, au péril de leur vie, la route de l’étranger. S’ils sont nombreux à privilégier l’Europe, parfois sans succès, d’autres n’ont d’yeux que pour l’Asie, considéré comme le nouvel Eldorado du football.

Guillaume-Nkendo-se-retrouve-en-prison-pour-une-affaire-de-250-millions.png

Le chemin de la Birmanie est alors privilégié. Sauf que, après leur arrivée dans ce pays de 51 millions d’habitants (Selon le recensement de 2014, le premier depuis 1983), ils sont aussitôt confrontés à de nombreuses difficultés. Deux autres Camerounais, nous renseigne le journal français Villeneuve d’Ascq, «ont été arrêtés en 2010 et condamnés après qu’ils ont avoué avoir contrefait des dollars parce restés coincés en Birmanie sans pouvoir obtenir de contrat avec une équipe locale».

En plus des Camerounais, plusieurs footballeurs africains subissent des traitements «inhumains». L’info claire et nette.

Quand ils arrivent en club, beaucoup attendent plusieurs mois pour qu’on leur accorde un intérêt. Camer.be. Et pendant ce temps, leur visa de tourisme finit par expirer. Coincés, sans argent et en situation irrégulière, beaucoup de joueurs finissent par vivre dans la pauvreté, et certains deviennent des délinquants. Même ceux qui réussissent à décrocher un poste dans un club sont à la merci de leurs employeurs, qui peuvent exiger des salaires et des conditions de travail déraisonnables, car les joueurs sont en situation irrégulière.

Sans visas valides, les footballeurs ne peuvent pas non plus dénoncer les abus, par crainte d’être expulsés. Même Louis-Paul Mfédé de regrettée mémoire, l’ancien Lion indomptable [qui a joué pour le Cameroun lors du Mondial de 1990 et de 1994] a été emprisonné en Indonésie après l’expiration de son visa. Autant dire.

2

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :