Publicités

Élections en Côte d’Ivoire: les électeurs se rendent aux urnes au milieu du boycott de l’opposition


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /homepages/32/d724696228/htdocs/clickandbuilds/ROSEMOONYNATUREETSANTE/wp-content/plugins/related-articles/related-articles.php on line 758

Des voix sont exprimées lors de l’élection présidentielle controversée en Côte d’Ivoire.

Au moins 14 personnes ont été tuées depuis que les émeutes ont éclaté en août après que le président Alassane Ouattara a déclaré qu’il se présenterait à nouveau après la mort soudaine de son successeur préféré.

Les principaux candidats de l’opposition, Pascal Affi N’Guessan et Henri Konan Bédié, disent qu’il est illégal pour M. Ouattara de se présenter pour un troisième mandat. Ils boycottent le vote et ont appelé à la désobéissance civile.

Pourquoi est-ce si controversé?

Selon la constitution, la Côte d’Ivoire a une limite de deux mandats présidentiels. M. Ouattara – qui a été élu deux fois – a initialement déclaré qu’il se retirerait.

Mais, en juillet, l’ancien candidat à la présidence du parti au pouvoir, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, est décédé d’une crise cardiaque.

M. Ouattara a ensuite annoncé qu’il se présenterait après tout à la présidence.

Ses partisans ont fait valoir qu’un changement constitutionnel en 2016 avait réinitialisé l’horloge et que son premier mandat ne comptait pas.

Ses opposants ne partagent pas ce point de vue, arguant au contraire qu’il est illégal pour M. Ouattara de briguer un troisième mandat.

Quel est le contexte de la tension?

Il y a eu une querelle de plusieurs décennies entre certaines des principales personnalités politiques du pays.

En 2010, Laurent Gbagbo, alors président, a refusé de céder à M. Ouattara après l’élection de cette année-là, ce qui a déclenché une guerre civile acharnée.

Plus de 3 000 personnes ont été tuées au cours des cinq mois de violence.

M. Gbagbo s’est également présenté pour se présenter aux élections de cette année mais la commission électorale l’a bloqué parce qu’il avait été condamné par les tribunaux ivoiriens.

Il était l’un des près de 40 candidats potentiels qui ont été rejetés par la commission.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :