Publicités

Elections américaines 2020 : un président enfermé à la Maison Blanche, recroquevillé sur son clan


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /homepages/32/d724696228/htdocs/clickandbuilds/ROSEMOONYNATUREETSANTE/wp-content/plugins/related-articles/related-articles.php on line 758

Donald Trump est resté invisible une bonne partie de la journée, jeudi. Puis, il s’est avancé dans la salle de presse de la Maison Blanche, en fin d’après-midi, pour laisser libre cours à ses récriminations et dénoncer un « vol » électoral.

Pour le deuxième jour de suite, Donald Trump n’avait rien à son agenda, jeudi 5 novembre. Après avoir moqué des semaines durant un adversaire démocrate présumé réfugié dans son sous-sol, le président des Etats-Unis est resté invisible une bonne partie de la journée. Hors des regards, mais néanmoins présent et vindicatif jusqu’à ce qu’il s’avance dans la salle de presse de la Maison Blanche, en fin d’après-midi, pour laisser libre cours à ses récriminations.

Comme la journée précédente, ses critiques étaient concentrées sur un processus électoral qui lui est devenu progressivement défavorable. En début de matinée, avec l’emphase permise par des lettres majuscules, il a tout d’abord publié sur son compte Twitter un « ARRÊTEZ DE COMPTER ! », qu’il a partagé plus tard dans l’après-midi, comme pour conjurer le sort.

Les messages se sont ensuite égrenés au fil des heures, régulièrement précédés par la mention devenue habituelle ajoutée par le réseau social mettant en garde contre « une partie ou la totalité du contenu partagé dans ce Tweet », jugée « contestée et peut-être trompeuse à propos d’une élection ou d’un autre processus civique ». De nombreux républicains considèrent ces mentions comme un acte de censure ou, du moins, comme la preuve d’un biais politique.

« TOUT VOTE SURVENU APRÈS LE JOUR DES ÉLECTIONS NE SERA PAS COMPTÉ ! », a assuré Donald Trump alors que certains Etats prévoient spécifiquement un délai d’acheminement des bulletins de vote exprimés jusqu’au jour de l’élection, le cachet de la poste faisant foi. « Tous les Etats récemment revendiqués par Biden seront légalement contestés par nous pour fraude électorale et fraude électorale d’Etat. Beaucoup de preuves – il suffit de consulter les médias. NOUS ALLONS GAGNER ! L’Amérique d’abord ! », s’est exclamé le président. « ARRÊTEZ LA FRAUDE ! », a-t-il encore exigé, alors que rien n’appuie pour l’instant ses affirmations.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :