Publicités

Covid-19 : Jean Castex annonce un couvre-feu dans 38 départements supplémentaires et en Polynésie

Le couvre-feu concerne désormais 54 départements et un territoire d’outre-mer, soit 46 millions de personnes.

« La situation est grave », a d’emblée averti Jean Castex. Pour faire face à la progression « rapide et très préoccupante de l’épidémie », le premier ministre a annoncé, jeudi 22 octobre lors d’une nouvelle conférence de presse, l’élargissement du couvre-feu « à 38 nouveaux départements et un territoire d’Outre-Mer, la Polynésie ».

Le couvre-feu s’appliquera « de 21 heures à 6 heures sur l’ensemble du territoire des départements concernés et normalement pour une durée de six semaines », a précisé le chef du gouvernement. « Ces règles entreront en vigueur à compter de vendredi minuit », a-t-il ajouté.

En tout, ce sont désormais 54 départements et un territoire d’Outre-mer concernés par le couvre-feu. Une mesure qui touche au total « 46 millions de personnes », a-t-il précisé.

Selon le premier ministre, le taux d’incidence, c’est-à-dire le nombre de cas confirmés de Covid-19 pour 100 000 habitants, a progressé de 40 % en une semaine, pour atteindre 251 sur le territoire national. Le taux de reproduction du virus se situe lui autour de 1,35, ce qui, concrètement, signifie un doublement du nombre de cas en 15 jours. « La circulation du virus atteint un niveau extrêmement élevé », a martelé Jean Castex.

Le gouvernement, qui sait que les mesures n’auront d’effet que dans deux ou trois semaines, veut à tout prix éviter un reconfinement, comme vient de le faire l’Irlande. Il lui faut donc éviter un nouveau pic, comme au printemps, quand plus de 7 000 patients Covid-19 se trouvaient en réanimation, avec des centaines de morts par jour.

Cet article a été mis à jour le 12 octobre, en fonction des annonces des autorités à cette date. Les contours de certaines mesures peuvent évoluer, et toutes les spécificités locales ne sont pas détaillées.

  • Strasbourg renonce à son marché de Noël

La maire EELV de Strasbourg, Jeanne Barseghian, a annoncé que la ville renonçait à son marché de Noël traditionnel face à l’aggravation de la situation sanitaire, en supprimant les 300 chalets habituels mais en maintenant des animations.

« J’ai pris la décision de privilégier le scénario sans chalets » tout en maintenant « Strasbourg capitale de Noël » avec le grand sapin de la place Kléber au cœur de la ville, des « animations » ou des « déambulations d’artistes », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse.

Cette annonce intervient alors que le taux d’incidence frôle désormais le seuil d’alerte maximale dans l’eurométropole de Strasbourg. Celui-ci « double chaque semaine », a constaté l’agence régionale de santé du Grand-Est.

  • Un projet de loi pour prolonger l’état d’urgence sanitaire

Désireux d’élargir sa marge de manœuvre, l’exécutif a adopté en conseil des ministres un projet de loi pour prolonger l’état d’urgence sanitaire, rétabli samedi, jusqu’au 16 février 2021 inclus. Nécessitant un vote au Parlement, il sera examiné dès ce week-end à l’Assemblée avant de passer au Sénat.

L’exécutif entend aussi pouvoir appliquer des mesures de restrictions de circulation, de rassemblements ou d’ouvertures des établissements au moins jusqu’au 1er avril 2021, sur tout ou partie du territoire et en fonction de la situation épidémique, selon le même texte.

Que deviennent les élections régionales et départementales de mars 2021 dans ce contexte ? Jean Castex a confié à Jean-Louis Debré, ancien président du Conseil constitutionnel, la mission de réfléchir à un éventuel report. Si mercredi une majorité de partis se sont dits pour, la plupart ont demandé que ce ne soit pas repoussé au-delà de juin.

En attendant, Jean Castex devrait également revenir jeudi sur les mesures économiques et sociales d’accompagnement des professions durement touchées par une vie au ralenti, comme les restaurateurs ou les artistes, ainsi que des personnels soignants.

L’Assemblée nationale a approuvé mercredi soir une rallonge de 2,405 milliards d’euros pour les établissements de santé qui doit permettre l’ouverture de « 4 000 nouveaux lits » d’hôpital et des revalorisations salariales promises aux soignants.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :