Publicités

Covid-19-France: Pas de réouverture des lieux culturels garantie le 7 janvier, avertit Roselyne Bachelot

La date du 7 janvier est une « clause de revoyure » pour examiner si les conditions sanitaires permettront de rouvrir les lieux culturels, et non une date de réouverture garantie, a bien précisé jeudi la ministre de la Culture Roselyne Bachelot.

« Le 7 janvier c’est une clause de revoyure », a souligné la ministre sur France Inter. « Cela pourra peut-être » marquer la réouverture des lieux culturels, mais la date n’est pas décidée, a souligné la ministre sur France Inter. « Nous sommes en train d’y travailler ».

« Je ne voudrais surtout pas qu’on recommence le scénario du 15 » décembre, « où personne n’a entendu les conditions sanitaires qui avaient été posées », a ajouté Roselyne Bachelot.

 

Parmi ces conditions, un nombre de tests positifs au Covid-19 redescendu autour de 5.000. Or ce nombre, qui était en baisse, stagne depuis plusieurs jours, et bien au-delà des 5.000 puisqu’il est en moyenne de 12.000 cas par jour, a-t-elle rappelé.

Prêts à rouvrir le 15 décembre comme espéré lors de l’annonce du deuxième confinement fin octobre, cinémas, théâtres et musées avaient ainsi vu leurs espoirs déçus lorsque le Premier ministre Jean Castex avait annoncé que, face à la pression épidémique persistante, ils devraient rester fermés encore jusqu’au 7 janvier au moins.

La ministre de la Culture a aussi assuré que son ministère « étudi(ait) les solutions » pour faire varier les restrictions en fonction de la situation sanitaire dans la zone concernée, et faire du « sur-mesure ».

Mais « attention sur les mesures géographiques: un secteur qui semble protégé aujourd’hui peut devenir un secteur à risque très vite. (…) Imaginez qu’on rouvre les lieux de culture en Bretagne pour les refermer dans 15 jours. C’est ça qui est le plus terrible pour les artistes », a-t-elle souligné.

Roselyne Bachelot a par ailleurs précisé que la nouvelle obligation pour les plateformes internet de financer la création cinématographique et audiovisuelle représenterait une contribution d' »entre 150 et 200 millions d’euros tous les ans » pour Netflix.

La ministre avait déjà annoncé fin octobre que les plateformes de vidéo sur abonnement devraient investir dans la production d’oeuvres françaises ou européennes 20% à 25% du chiffre d’affaires qu’elles réalisent en France.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :