Publicités

Covid-19 en France : les masques gratuits pour tous, une option rejetée par l’exécutif

Depuis lundi, le port du masque est devenu obligatoire en France dans les lieux publics clos pour enrayer une reprise de l’épidémie de Covid-19. Si des associations alertent sur le surcoût pour les populations les plus précaires, le président français Emmanuel Macron a exclu une gratuité totale de cette protection sanitaire.

 

Pas d’argent magique pour les masques. Emmanuel Macron a tranché, mardi 21 juillet, lors de son interview sur TF1. Le président français a affirmé que le contribuable n’a « pas vocation à payer des masques » pour tout le monde, promettant néanmoins une aide pour les plus précaires.

Depuis lundi, le port du masque est devenu obligatoire dans les lieux publics clos pour enrayer une reprise de l’épidémie de Covid-19, une amende de 135 euros étant prévue en cas d’infraction. Une décision de l’exécutif qui a rouvert le débat sur le coût des masques.

« Le coût de cette mesure, même si elle est indispensable, n’est pas négligeable pour les citoyens », estime Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France, interrogé par L’Express.

 

228 € dans le budget d’un ménage avec deux enfants

Si le gouvernement a prolongé le plafonnement du prix du masque chirurgical à 95 centimes d’euros jusqu’à janvier 2021, les achats répétés peuvent rapidement devenir un poids dans un budget. Selon une enquête publiée lundi par Le Parisien, équiper une famille avec deux enfants de deux masques chirurgicaux par jour représenterait un coût mensuel d’environ 228 euros. Une somme ramenée à 96 euros dans le cas de masques lavables.

Plusieurs partis politiques, notamment La France insoumise, le Parti communiste et le Parti socialiste à gauche, ont demandé que le coût des masques soit pris en charge par l’État. Jean-Luc Mélenchon a ainsi rappelé sur Twitter que les députés de son mouvement avaient déposé une proposition de loi en ce sens dès le 28 avril.

« C’est un outil de santé publique. La gratuité doit être la règle. On ne doit pas choisir entre se protéger et se nourrir. Masque obligatoire, oui ! Gratuité aussi ! », exige également Thomas Portes, conseiller politique du président de la Confédération nationale du logement.

Des demandes qui ne sont pas si éloignées des vues du Conseil scientifique. Ainsi, son président, Jean-François Delfraissy, a indiqué mardi 21 juillet sur BFMTV que les autorités sanitaires travaillaient sur le sujet et a assuré qu' »une discussion […] sera mise sur la table dans les jours qui viennent ».

Pour le moment, seules les personnes testées positives au Covid-19 et leurs « contacts » ainsi que les personnes « à très haut risque médical » peuvent obtenir gratuitement des masques sur ordonnance : 14 par semaine pour les premiers, dix pour les seconds. Le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, estime à 2 millions de personnes ceux qui peuvent bénéficier de ce dispositif laissé à l’appréciation des médecins traitants.

« Un bon débat »

 

Bien qu’il faille encore en préciser les contours, cette dernière solution semble être celle retenue par le gouvernement français. Ainsi, quelques heures avant l’intervention d’Emmanuel Macron, son ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, estimait que l’aide aux ménages modestes était « un bon débat ».

« Est-ce qu’il faut une prise en charge complémentaire ? C’est un bon débat, je n’ai pas la réponse ce matin, mais je trouve que c’est une question qui se regarde attentivement », a-t-il déclaré sur Franceinfo.

Olivier Véran a quant à lui souligné que l’État avait, « tôt, distribué cinq millions de masques gratuits par semaine, via les CCAS (centres communaux d’action sociale), par les communes ». « Et nous allons réenclencher cette distribution de masques gratuits à destination du public précaire et notamment le public qui bénéficie de la complémentaire santé solidaire », a-t-il ajouté à l’Assemblée nationale lors des questions aux gouvernement.

D’autres s’organisent aux échelons locaux. À l’image de la région Île-de-France, qui va distribuer à la rentrée deux masques lavables à ses 500 000 lycéens et « assurer la gratuité des masques pour toutes les associations caritatives », selon une annonce mercredi de sa présidente, Valérie Pécresse.

Publicités
Étiquettes : , ,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

Statue de Colbert taguée: des politiques dénoncent une volonté de « censure » ou « culpabilisation »Statue de Colbert taguée: des politiques dénoncent une volonté de « censure » ou « culpabilisation »

Plusieurs responsables politiques, notamment de droite, ont dénoncé mercredi une tentative de « censurer » l’Histoire ou de « culpabilisation », après qu’un graffiti « Négrophobie d’Etat » a été tagué mardi soir sur la statue

%d blogueurs aiment cette page :