Côte d’Ivoire : Trois ans après l’attentat de Grand Bassam, le cerveau présumé de l’attaque toujours recherché

13 mars 2016-13 mars 2019, voilà exactement trois ans que la Côte d’Ivoire subissait sa première attaque terroriste de son histoire.

Alors que les plages et hôtels de la cité balnéaire avaient été pris d’assaut par des ivoiriens et étrangers pour passer un agréable week-end, qu’ils ont été victime d’une attaque meurtrière du fait des assaillants lourdement armés.

Le bilan de cette attaque, revendiquée par Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), avait fait 19 morts.

Si en janvier 2017, l’armée française annonçait l’arrestation de l’un des organisateurs de l’attaque de Grand Bassam, dans la localité de Gossi, à l’ouest de Gao, principale ville du nord du Mali, le denommé Mimi Ould Baba Ould Cheikh, le cerveau présumé est toujours recherché.

Selon les autorités ivoiriennes, il s’agirait du malien Kounta Dallah, identifié par les caméras de surveillance de l’aéroport international Félix Houphouët Boigny d’Abidjan.

Dans le cadre de cette attaque, un homme considéré comme le logisticien du groupe avait été appréhendé à Bamako, après deux autres arrestations dans le nord du Mali le mois précédent, à Goundam et à Gossi.
Enfin, alors que les mouvements rebelles dits « islamistes » frappent fréquemment le Burkina pour faire sauter le verrou sécuritaire du voisin avec pour, sans nul doute, ambition d’atteindre un jour la Côte d’Ivoire, la France participera ce jour à la manifestation de commémoration organisée àGrand Bassam Rechercher Grand Bassam par les autorités ivoiriennes.
Elle déposera une gerbe en la mémoire des victimes comme rapporté par le consulat de France à Abidjan à KOACI.
Étiquettes : , ,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :