Publicités

Congo: 60ans après, le roi Belge exprime ses regrets a son ancienne colonie

Le roi de Belgique a exprimé ses « plus profonds regrets » pour les violences et les souffrances infligées pendant la domination belge sur ce qui est maintenant la République démocratique du Congo (RDC), alors que le pays africain fête ses 60 ans depuis son accession à l’indépendance.

Dans une lettre écrite à Felix Tshisekedi, le président de la RDC, le roi Philippe est devenu le premier monarque belge régnant à reconnaître que des « actes de violence et de cruauté » ont été commis et des  » souffrances et humiliations » causées sous la domination coloniale du pays.

« Pour renforcer davantage nos liens et développer une amitié encore plus fructueuse, nous devons pouvoir nous parler de notre longue histoire commune en toute vérité et sérénité », écrit-il.

La lettre est venue alors que la Belgique faisait face à des appels croissants pour réévaluer son histoire coloniale après une vague de protestations mondiales contre les inégalités raciales, provoquée par la mort de George Floyd aux États-Unis le mois dernier.

Plusieurs statues du roi Léopold II , sous le règne desquelles jusqu’à 10 millions de Congolais seraient morts, ont été vandalisées ces dernières semaines, tandis qu’une pétition demandant la suppression de toutes les statues de l’ancien roi a reçu plus de 80 000 signatures .

Dans le cadre du bilan du pays avec son passé, les autorités locales de la ville de Gand devraient retirer mardi le buste de Léopold.

Se référant au règne privé brutal de Léopold sur le Congo de 1885 à 1908, Philippe a écrit que « des actes de violence et de cruauté ont été commis qui pèsent encore sur notre mémoire collective ».

« La période coloniale qui a suivi a également causé des souffrances et des humiliations », a-t-il ajouté.

Lorsque la gouvernance de Léopold a pris fin en 1908, il a cédé le Congo à l’État belge, qui l’a gouverné jusqu’à ce que son indépendance soit déclinée en 1960.

L’actuel roi de Belgique a déclaré: « Je tiens à exprimer mes plus profonds regrets pour ces blessures du passé, dont la douleur est aujourd’hui ravivée par une discrimination qui n’est que trop présente dans nos sociétés ».

Il a également félicité M. Tshisekedi pour le 60e anniversaire de l’indépendance, ajoutant qu’il ne pouvait pas assister aux célébrations en raison de la pandémie.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :