Publicités

Ce sont les Camerounais qui éliront le successeur de Biya – Prof Jacques Fame Ndongo


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /homepages/32/d724696228/htdocs/clickandbuilds/ROSEMOONYNATUREETSANTE/wp-content/plugins/related-articles/related-articles.php on line 758

Depuis quelque temps déjà dans la structure politique du Cameroun, des théories du complot circulent dans les médias traditionnels et les médias sociaux selon lesquelles le régime prépare un éventuel successeur du président du Cameroun, SE Paul Biya, pour un transfert de pouvoir furtif. .

Cette théorie a d’abord été mise en lumière par l’ancien candidat à la présidence et président du parti MRC, le professeur Maurice Kamto.

Cette théorie a pris de l’ampleur en très peu de temps et a été le sujet de la plupart des débats télévisés et un point de protestation dans la diaspora.
Le professeur Jacque Fame Ndongo, qui est le secrétaire à la communication du comité central du parti au pouvoir, le RDPC et également membre du bureau politique du parti, a été interrogé sur le sujet ainsi que sur la position du gouvernement sur la crise en cours dans les deux pays anglophones. régions du Cameroun.

Concernant le carnage militaire à Ngarbuh, le ministre a déclaré que « le président de la république, légaliste, ne peut pas permettre à des actes ignobles de s’épanouir ».

«Je comprends que, comme il l’a dit, les enquêtes seront complètes et sans compromis. Et bien sûr, si les allégations sont vérifiées et validées, des sanctions exemplaires devraient s’appliquer à ces contrevenants », a déclaré le professeur.

Interrogé sur la mort du journaliste basé à Buea, Samuel Wazizi, aux mains des forces de l’ordre, le professeur Jacques Fame Ndongo a déclaré nonchalamment que le ministère de la Défense avait publié un communiqué de presse avec tous les détails des événements qui ont mené à la mort du journaliste décédé. Il a ajouté que les personnes impliquées n’avaient jamais eu l’intention de cacher la mort du journaliste.

Il est impératif de noter ici que le professeur a contredit ce que le ministère de la Défense a dit en insistant pour que la famille de Wazizi soit informée de sa mort immédiatement après son décès.

Sur les questions de succession de pouvoir de Paul Biya à travers un transfert d’autorité agréable alors qu’il fait le tour des médias, le professeur Jacques Fame Ndongo souligne clairement «c’est complètement faux, car la souveraineté nationale appartient au peuple camerounais, souverain et maîtres de leurs propres destins. Ainsi, lorsque la question de la succession est pour le moment d’actualité, elle ne l’est pas. C’est le peuple camerounais, souverain, qui élira démocratiquement le successeur de l’actuel président de la République. Tout le reste est un rêve de pipe, une supposition et un fantasme. Les allégations de transfert politique de gré à gré sont donc fantasmagoriques ».

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :