Cameroun : Une centaine d’école fermée au Nord-Cameroun pour de l’insécurité

Depuis quelques temps, les coupeurs de route dictent leur loi en procédant notamment à des prises d’otages. Et la libération de ces otages se fait après le payement des rançons. La sécurité des élèves et formateurs ne pouvant plus être assurée, les responsables ont décidé de fermer les portes et  les parents fatigués de payer les rançons ont décidé ont décidé de ne plus envoyer leurs enfants à l’école.

« Nous étions fatigués de payer des rançons tout le temps pour que des ravisseurs libèrent nos enfants. Malgré nos complaintes, nous avons été contraints de laisser nos enfants à la maison », a indiqué, sous le couvert de l’anonymat, un chef de village dans la région de l’Adamaoua, au confrère d’APA News.

Il y a quelques semaines dans cette partie du pays,  le gouvernement camerounais a déployé, une unité d’élite de la Gendarmerie nationale constituée de près de 500 éléments. Leur mission consistant à mettre fin aux exactions des coupeurs de route afin de permettre à la population locale de vaquer à ses occupations.

Étiquettes : , ,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :