Publicités

Cameroun – Taxe de 33% sur les téléphones et tablettes: L’Observatoire du Développement Sociétal dénonce une «mesure kleptocratique et malhonnête»

Cette organisation de la société civile s’est associée avec la Ligue Camerounaise des Consommateurs pour dénoncer cette mesure gouvernementale jugée «égoïste», et exiger son report.

La levée de boucliers contre la taxation à l’importation, mais surtout à la consommation des téléphones et tablettes, à compter du 15 octobre 2020, se poursuit au sein de l’opinion camerounaise. Des organismes sont vent debout contre cette décision du gouvernement, et n’ont de cesse de crier à l’injustice. C’est le cas de l’Observatoire du Développement Sociétal (ODS), une organisation de la société civile, qui dénonce une «mesure kleptocratique et malhonnête», qui pour lui «laisse entrevoir des intentions malsaines orientées vers la satisfaction des intérêts particuliers», a commenté le coordonnateur général de l’ODS, Lilian Koulou Engoulou, au cours d’une conférence de presse le vendredi 16 octobre 2020 à Yaoundé.

L’ODS s’est associé pour la circonstance à la Ligue Camerounaise des Consommateurs (LCC), pour ensemble défendre la cause du consommateur dans cette nouvelle affaire, qui frise «le vol» selon le président de la LCC, Delor Magellan Kamgaing Kamseu. «Le mode de prélèvement que le gouvernement veut utiliser c’est le vol. Prendre sans demander c’est voler. La charrue a été mise avant les bœufs car le gouvernement a pris une mesure unilatérale sans associer les autres acteurs, dans un timing qui est mal choisi d’ailleurs», renchérit-il.

Pour ces deux organisations, la période choisie pour faire appliquer cette «mesure scandaleuse et antipatriotique», souligne encore le coordonnateur de l’ODS, est malvenue dans un contexte marqué par de nombreuses crises qui secouent le pays. En l’occurrence la crise politique avec les poussées velléitaires du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) qui rêve du pouvoir; la crise sociale exacerbée par une difficile préparation de la rentrée scolaire du fait des poches asséchées, et surtout la crise sanitaire avec la pandémie de Coronavirus.

Pour l’ODS, il est clair que seuls les intérêts égoïstes guident les actions des personnes à la manœuvre pour l’application du prélèvement des 33% sur les téléphones et tablettes car, «la société créée pour gérer l’interface entre les opérateurs téléphoniques et douane relativement à l’administration de cette taxe, n’a aucune référence dans le domaine concernée», déplore Lilian Koulou Engoulou.

Il importe de préciser que l’entrée en vigueur de cette taxe téléphonique était prévue dès le 15 octobre 2020, mais elle a été reportée, pour des raisons non encore officielles. A la LCC, on préconise que ce report dure au moins un an, le temps de revoir les contours de l’application de ladite taxe, au gré des consultations et d’une campagne de sensibilisation bien huilée pour préparer les consommateurs.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :