Publicités

Cameroun – Réfection des routes de la ville de Bafoussam (Ouest): L’entreprise française Razel-BEC accusée de défaillance avérée dans l’exécution des travaux

La Fondation camerounaise des consommateurs (FOCACO), qui est à l’origine de cette accusation, demande l’exclusion de l’entreprise de la commande publique pour une durée de 2 ans.

La construction des routes, environ 21,88 km repartis sur 18 tronçons dans la ville de Bafoussam, région de l’Ouest, a été confiée à l’entreprise française Razel-BEC, dans le cadre du programme «Capitales régionales», financé par les fonds C2D (Contrat de désendettement et de développement).

Pour la construction de ces routes, c’est la formule du «béton compacté au rouleau (BCR) qui a été retenue», renseigne le quotidien Le Messager dans son édition du 8 juillet 2020.

Pour s’assurer de l’exécution des travaux, selon les termes du contrat, la  Fondation Camerounaise des Consommateurs (FOCACO) a inspecté la réalisation de ces travaux au cours de la période allant du 15 mai au 15 juin 2020.

«Plusieurs insuffisances persistantes ont été constatées sur la dizaine de tronçons ouverts à la circulation: la surface du béton présente des défauts tels que déchirures, ségrégation, zones desserrées ou détériorées par les opérations de construction, le profil fini de la surface de plusieurs tronçons accuse des bosses et des creux supérieurs à 12 mm, l’écaillage du BCR, le rallongement de la distance de freinage: l’irrégularité du profil fini de la surface altère le niveau d’adhérence de la chaussée, le confort de conduite réduit: bruit de roulement et couche de roulement peu esthétique, l’absence de signalisation verticale, l’ absence de dispositif de l’éclairage public, l’aménagement inachevé des espaces verts le long du terre-plein central de la rue 26a», peut-on lire dans les colonnes du journal.

Pour la FOCACO, il ne fait aucun doute que «la durée de vie de ces routes en BCR sera largement inférieure à la durée de vie des routes construites avec du béton bitumineux (BB), ce qui pénalisera les usagers de la route».  

Face à cela, la FOCACO exhorte le ministre de l’Habitat et du Développement Urbain, maître d’ouvrage (autorité contractante), «à prononcer l’exclusion de l’entreprise Razel-BEC de la commande publique pour une durée de 2 ans pour le motif de défaillance avérée dans l’exécution des travaux».

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :