Publicités

CAMEROUN – (Nouvel Ambassadeur du Cameroun à l’ONU/Genève): Salomon Eheth temoigne sa gratitude au chef d’Etat

Après le Ministère des relations extérieures, après le Cabinet civil de la présidence de la République, après la Direction de l’Institut des relations internationales du Cameroun, Salomon Eheth quitte bientôt son pays natal pour aller occuper le poste d’Ambassadeur représentant du Cameroun auprès de l’office des Nations unies et des autres organisations internationales à Genève en Suisse. Il y a été nommé par un décret du Chef de l’Etat Paul Biya, signé le 3 juillet 2020.

«Je suis très content. Vous savez, pour un diplomate, arrivé au poste d’Ambassadeur, c’est une très grande satisfaction.  C’est pour ça que j’exprime ma profonde gratitude au chef de l’Etat pour cette très haute marque de considération. Et évidement, tous mes remerciements au bon Dieu et à tous ceux qui ont contribué a ce que je devienne ce que je suis aujourd’hui. Et je suis très ému, très content, encore plus déterminé à servir davantage avec loyauté, avec patriotisme » a-t-il réagi.

L’homme de 59 ans en sera à sa première expérience.

« Mais je connais le fonctionnement du système international. Je ferai autant que faire ce peux, faire entendre la voix du Cameroun dans la mesure des instructions que je recevrai de la haute hiérarchie. Je suis diplomate de carrière, je connais les défis qui m’attendent » souligne-t-il.

Le désormais ancien Directeur de l’IRIC remplace à Genève, l’Ambassadeur Anatole Fabien Nkou.

Publicités
Étiquettes :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

Cameroun – Promotion de l’industrie locale: En 2021, le gouvernement camerounais veut injecter près de 98 milliards de FCFA pour promouvoir le Made In CamerounCameroun – Promotion de l’industrie locale: En 2021, le gouvernement camerounais veut injecter près de 98 milliards de FCFA pour promouvoir le Made In Cameroun

Cette enveloppe sera utilisée dans des secteurs comme la production artisanale, les technopoles agroindustrielles et les zones économiques prioritaires. Bonne nouvelle pour l’économie locale. D’après nos confrères du magazine ECOFIN, spécialisé

%d blogueurs aiment cette page :