Publicités

Cameroun – Médias: Le journaliste Martin Ambang fait condamner la CRTV pour rupture abusive de contrat

L’office national de radiodiffusion devra lui verser 9,5 millions de FCFA.

Dans son édition en kiosque le 30 septembre 2020, l’hebdomadaire Kalara renseigne que la CRTV (Cameroon Radio Television) a récemment été condamnée par la justice pour «rupture abusive du contrat» qui liait la chaîne au journaliste Martin Ambang.

Enrôlée au Tribunal de Grande Instance du Mfoundi, l’affaire a connu son épilogue le 24 septembre 2020 au bout de deux années de procédure.

«Le tribunal a déclaré recevable et fondée l’action intentée par le promoteur du Club le Verdict Production (CLVP), et condamné l’entreprise à capitaux publics à payer à la partie poursuivante la somme de 9,4 millions de FCFA de dommages et intérêts. La CRTV devra également verser des frais relatifs aux émoluments de l’avocat de Martin Ambang», précise notre confrère.

L’ancien présentateur du programme «Le droit au clair», d’abord journaliste à la CRTV, en était devenu le partenaire, à travers un contrat signé entre l’office et son entreprise, CLVP. Cette convention a été signée pour la première fois le 16 mars 2013 et reconduit le 16 mars 2017, avec prise d’effet de deux mois plus tôt. Elle expirait en principe le 16 mars 2017.

«Dans l’assignation ayant traîné la CRTV au tribunal, Martin Ambang disait avoir prévenu son contractant, en janvier 2016, de l’imminence de l’expiration du contrat et avoir exprimé par écrit son accord pour la reconduction. Mais il indiquait que ses écrits avaient laissé les dirigeants de la CRTV, de marbre, malgré une relance. Pour le promoteur de la CLVP, le silence de l’entreprise publique vaut reconduction du contrat. Il avait surpris été en mai 2017 de constater qu’en face, on n’a pas la même compréhension des choses. Ce jour-là, Martin Ambang et ses invités sont déjà dans le salon d’honneur de la CRTV en attentant d’entrer au studio pour l’enregistrement de l’édition à diffuser au cours de ce mois. C’est à ce moment que l’ancien journaliste de la CRTV apprenait de ses anciens collègues que l’enregistrement l’émission a été suspendue jusqu’à la reconduction du contrat. L’instruction émane du directeur de la production», lit-on.

Pour sa défense, la CRTV estimait que CLVP n’avait pas de personnalité juridique, car selon n’étant ni une société civile ou commerciale, ni une association au sens de la loi. L’entreprise pensait donc que cet argument était suffisant pour mettre un terme à la procédure engagée par son ancien employé.

Mais le 23 mai 2019, le juge en charge du dossier avait estimé que cet argument n’était pas fondé, épousant ainsi la position de l’adversaire de la CRTV, qui dénonçait le dilatoire.

Martin Ambang, par ailleurs militant du MRC, réclamait des dommages estimés à 56 millions de FCFA. Mais la justice lui a donné partiellement raison en condamnant la CRTV à lui verser 9,4 millions de FCFA.

Publicités
Étiquettes : , , ,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :