Publicités

Cameroun – Massacre de Kumba: Des femmes manifestent devant les services du gouverneur du Littoral à Douala pour exprimer leur désolation

Elles réclament par ailleurs la fin de la guerre et le retour de la paix dans les deux régions anglophones du pays.

Toutes vêtues de noir et assises à même le sol, une dizaine de femmes et filles ressortissantes de Kumba (Sud-Ouest) ont manifesté le 26 octobre dernier devant les services du gouverneur de la région du Littoral à Douala. Brandissant les photos des victimes, elles ont pleuré et exprimé leur indignation au gouverneur? Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, après le massacre d’élèves à la Mother Francisca international bilingual academy de Kumba le 24 octobre 2020. L’assassinat de ces élèves par des groupes armés non identifiés, fait officiellement un bilan provisoire de 7 morts et une quinzaine de blessés.

Fatiguées des tueries dans les deux régions anglophones du Nord-Ouest et Sud-Ouest du pays, ces femmes ont crié leur ras-le-bol devant le gouverneur du Littoral, représentant du chef de l’Etat dans la région. Concernées au premier rang par ces assassinats en tant que mères et cibles des exactions, elles ont réclamé au patron du Littoral un dialogue franc et sincère des pouvoirs publics pour mettre fin à cette guerre et un retour de la paix dans les deux régions.

«Nous avons déjà commencé à arrêter ces meurtriers et la justice sera rendue», leur a répondu Samuel Dieudonné Ivaha Diboua. Le gouverneur du Littoral leur a exprimé sa compassion tout en insistant sur la nécessaire collaboration entre les populations de ces régions et les forces de maintien de l’ordre. Une option, espère-t-il, qui permettra de traquer les criminels afin d’y ramener une paix durable. Des manifestations similaires à celle de Douala sont organisées dans plusieurs villes du pays pour condamner ce massacre lâche et ignoble.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

Dépigmentation de la peau: Une enquête de la Société camerounaise de dermatologie attribue la palme d’or à la ville de DoualaDépigmentation de la peau: Une enquête de la Société camerounaise de dermatologie attribue la palme d’or à la ville de Douala

Selon cette association, 27,8%  de la population de la capitale économique du pays se décape la peau. Communément appelée «Njansan», la dépigmentation cosmétique  de la peau est devenu  au fil des années

%d blogueurs aiment cette page :