Publicités

CAMEROUN: Liste des ministres homosexuels : Voici les révélations de Saint Eloi Bidoung

Saint Eloi Bidoung, l’ancien PDG du RDPC, évoque des rumeurs actualisées sur la même pratique homosexuelle endémique dans le gouvernement camerounais. Le Cameroun est le pays dont le PDG dit qu’il y a plus d’hommes homosexuels dans le monde. San Eloy Bedong, énumère également les tristes records que le Cameroun a brisés.

Records du monde du Cameroun.
Alors que les jeunes diplômés se retournent contre eux dans la ville, tandis que les jeunes recherchent un emploi, le Cameroun se retrouve à battre des records du monde:
• Le record du plus vieux président de la république (87 ans), le plus ancien chef d’État en fonction (38 ans de règne) tient «qui peut et qui ne peut pas». ;
Le sénateur le plus âgé du monde, Mukiti (102 ans);
Le plus ancien député du monde, Cavey (depuis 1958);
Les intentions du plus vieux président du Sénat (officiellement 87);
Le plus ancien chef de la police du monde, MBARGA NGUELE (87 ans);
Le plus ancien chef de mission diplomatique, Coy Ntunga (85 ans);
Le plus ancien général des forces armées du monde et en son poste, Claude Meca,
Le pays le plus corrompu du monde
Le gouvernement le plus gay du monde,
• Ministre principal de la jeunesse.

La structure et le contenu général du journal confirmeront qu’il n’a pas été publié uniquement pour revenir au pays de la controverse. Le titre est sobre, «La liste complète des homosexuels au Cameroun» et quatre pages sont consacrées à ce sujet, dont trois sont exclusivement dédiées aux personnages accusés d’avoir montré les éléments contre eux.

Les trois premières pages du dossier, reprenant les résultats du questionnaire de caractère, rédigé par la plume d’Amogo Belenga, directeur de la publication du journal, sont particulièrement rassurantes. Le chapitre présentant le dossier est également un bon point pour le journal et est tout aussi influent que La Nouvelle Afrique, car il pose relativement bien le problème:

« Les hommes font l’amour par les trous les plus dégoûtants, ou les femmes se lèchent tendrement. Ce sont vraiment des actes pervers pour la décence sociale. […] De la base au sommet de l’Etat, dans la culture comme dans le sport, dans le management comme dans les affaires, Même au sein du clergé, l’homosexualité suit son chemin au Cameroun, parfois avec des acteurs comme acteurs dont le métier demande plutôt de la combattre. Faut-il se contenter du silence face aux incursions incestueuses qui polluent la société? […] Le conte refuse d’être complice de la décadence civile et morale de la jeunesse .  »

Cela dit, lorsque nous abordons le vif du sujet et les autopsies directes de suspects homosexuels, nous sommes surpris par le manque de preuves. Revenons à certains cas.

** Philippe Mbarja Mboua, ministre des Sports

L’histoire parle d’un «murmure» à Yaoundé: «Son amour pour sa dame, Aristide Okuda, a été murmuré dans la capitale».

** Marie Claire Nanana, PDG de Sopécam

Là, le journal parle d’un « téméraire »: « Notre stupide dit que c’est de la voracité sexuelle mais avec des partenaires de même sexe. »

** Marafa Hamido Yaya, Ministre d’État par intérim

Le journal utilise les termes «dans les coulisses du pouvoir» et «chuchote»: «Dans les coulisses du pouvoir, la rumeur veut qu’à travers lui, la présidence de la république a été polluée par une activité sordide».

** Père Jean Hervé, directeur du Collège Mvogt à Yaoundé:

L’histoire reprend le terme «insensé»: «Selon certains comportements imprudents recueillis au sein de son établissement, la sodomie avec les jeunes fait partie de son sport favori».

** Yannick Noah, l’entraîneur psychologique des lions

Le journal utilise la condition et évoque une critique qu’il ne cite pas: «Yannick Noah allait admettre son homosexualité dans les colonnes d’un article français».

Tout ce qui reste de l ‘«anatomie» des éléments qui ont permis de lister les supposés homosexuels sont de ce contenu: ils sont vagues. La croyance que les journalistes se contentaient d’accumuler toutes les rumeurs et potins que l’on pouvait entendre dans les artères de Yaoundé. L’emploi des mots «insensé» et «bourdonnement» et l’utilisation extensive du subjonctif illustrent dans ce cas le grand besoin de rétention qui doit être accordé aux informations distillées.

Pour clore leur dossier, L’Anecdote reviendra à la dernière page et reviendra sur la pratique de l’homosexualité dans la franc-maçonnerie et dans l’Église et sur l’appel à lutter contre ce «fléau», lancé le 25 décembre par Mgr Victor Tony Pacot. Rien ne pouvait réconforter le sentiment d’homosexualité pour telle ou telle personne.

Enfin, s’il fallait dire que l’introduction au conte était plus qu’heureuse, à la lecture de l’intégralité du dossier, nous restons malheureusement à notre fin car les éléments de présentation étaient si légers. Journalistiquement inacceptable. Et là encore, demandons-nous quelles étaient les motivations de la rédaction de ce journal lorsque la décision a été prise de publier ce faux sondage?

Homophobie ou homophobie

Néanmoins, à la lumière des réactions que cette question a suscitées dans le triangle national, il est important de déterminer que si nous transcendons le cadre du libéralisme sexuel occidental qui veut que chacun puisse agir librement dans ses propres moyens de reproduction comme bon lui semble. Le fait qu’il ait publié une liste de personnes homosexuelles, ainsi que de personnalités publiques, ne devrait pas être choquant. En effet, outre le fait que cette pratique entre en conflit avec les traditions laïques africaines, il est utile de préciser que la législation la punit également. Quiconque a réussi à identifier les orientations homosexuelles entre dans le champ de la loi: la loi de Dieu pour ceux qui y croient, mais surtout le code pénal camerounais sous couvert de l’article 347 bis de la loi de 1972 qui condamne fermement l’homosexualité.

Le vrai problème n’est donc pas de publier ces noms, d’un point de vue purement journalistique, mais dans la cruauté de trois journaux (aux sources clairement disparates), de publier les noms sans un faisceau de preuves et sans enquête. Digne de ce nom, avec ce que cela peut provoquer comme une atteinte à la vie privée, dans une société africaine où la perception de l’autre change parfois radicalement sur la base de simples rumeurs.

Que ce soit à La Nouvelle Afrique ou à L’Anecdote, aucun témoignage, nom d’une personne vivante, photo, extrait de courrier, conversation téléphonique ou quoi que ce soit d’autre n’a été fourni pour étayer les allégations. Aucun. Ces sommes sont des anecdotes d’origines douteuses qui ne peuvent pas forcément être vérifiées dans l’état actuel des choses. De plus, sachant que l’imagination des Camerounais se transforme en réalité intangible, de simples cris dans un coin amer, il y a lieu de s’inquiéter du potentiel élevé de la nature de la diffamation pour une partie de cette liste. Des homosexuels présumés.

L’affaire La Nouvelle Afrique restera certainement la plus riche car son dossier, peu pertinent par rapport au sujet de la liste elle-même, démontrera un manque de précision et de profondeur journalistique sur la vraie question de l’homosexualité dans notre région. pays.

Dans tous les cas, notre hebdomadaire doit comprendre que l’affirmation, même si elle est correcte mais est formulée sur la base d’une offre boiteuse ou fausse, n’a pas plus de poids qu’une fausse affirmation.

Cependant, si nous ne parvenons pas à montrer les quelques lacunes de la presse écrite, qui, nous l’espérons, restituera son discours élevé, les journalistes de nos deux hebdomadaires auront au moins, donnons-leur-leur, du mérite. Enfin, soulevons avec force le débat sur l’homosexualité au Cameroun et sa pratique dans les cercles de pouvoir machiavéliques.

En conclusion, la question légitime à se poser est de savoir s’il sera nécessaire de continuer à interdire les rapports sexuels avec homosexualité et de perpétuer ainsi nos traditions anti-gay en se cachant derrière le masque de valeurs morales gravement endommagées par les attaques culturelles extérieures. Ou, enfin, se conformer aux normes de notre ancien professeur, l’Occident, et devenir ainsi l’un des héros de l’homophilie en Afrique?

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :