Cameroun: les chefs d’accusation retenus contre Maurice Kamto et ses partisans

«Attroupement, rébellion en groupe, insurrection, hostilité contre la patrie, association de malfaiteurs, complicité, et trouble à l’ordre public»

D’après le collège d’avocats constitué pour défendre les personnes interpellées pour avoir organisé ou participé à la marche du 26 janvier 2019 contre le régime de Paul Biya, il y a au total 200 personnes en état d’arrestation dans différents endroits de la capitale politique.

«Les manifestants arrêtés à Bafoussam, Dschang, Bafang, Douala, ont été déportés à Yaoundé. Ils sont gardés à vue dans des conditions inhumaines au GMI, à la PJ, au GSO, au commissariat central numéro 1. Soit environ 200 personnes » relate Maitre Emmanuel Simh, vice-président du MRC.

Les auditions entamées depuis lundi dernier, ont été presque bouclées hier mercredi 30 janvier 2019. « Contre leur avis, un grand nombre de personnes arrêtées, ont été auditionnées sans la présence de leurs avocats.  Le président Maurice Kamto a refusé de se soumettre à cet exercice sans la présence de ses avocats. Finalement, c’est à l’issue de beaucoup de tracasseries que nous l’avons assisté ce mercredi après-midi pour son audition en présence du Directeur de la police judiciaire » a déclaré Maitre Sylvain Souop, coordonnateur du collège d’avocats du MRC.

Pendant une conférence de presse tenue tard dans la nuit d’hier à ce jeudi 31 janvier 2019 à Yaoundé. Il a dévoilé dans la foulée, les chefs d’accusation retenus contre Maurice Kamto et compagnie. «Attroupement, rébellion en groupe, insurrection, hostilité contre la patrie, association de malfaiteurs, complicité, et trouble à l’ordre public».

Étiquettes : , , ,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :