Publicités

Cameroun – Infrastructures de développement: Le gouvernement camerounais veut construire un port sec dans la localité d’Atok (Est)

Le projet est soutenu par le centre international routier d’Atok et la mairie de cette agglomération.

Le 16 juillet 2020 à Yaoundé, l’équipe en charge du projet de construction du centre international routier d’Atok (CIRAT) et le maire de la commune de ladite localité, ont signé un mémorandum d’entente, fruit de deux ans de négociations ardues. Pour l’essentiel, ce dernier est en rapport avec l’érection d’un port sec dans cette unité Administrative de la région de l’Est.

D’après le magazine Ecofin, spécialisé  dans l’information économique africaine, ce projet majeur nourrit l’ambition de décongestionner les ports de Douala et de Kribi, et par la même occasion, les rapprocher de leurs partenaires de la sous-région CEMAC (Tchad, RCA) ainsi que des régions septentrionales du pays (Adamaoua, Nord, Extrême-Nord).

Ficelé autour d’un partenariat public-privé, ce projet va également doter le Cameroun, au-delà de son port sec, d’autres infrastructures telles qu’une plateforme logistique (entrepôts, chaîne de froid etc.), un dépôt d’hydrocarbures, une technopole et une zone industrielle pour le développement des activités de transformation des produits agricoles.

«Le choix d’Atok est lié au fait que nous voulons bénéficier de son positionnement géographique avec le Tchad, désengorger les ports, créer des emplois pour la jeunesse de la région de l’Est. Bref, pour résoudre un problème de développement d’une région fortement enclavée», a indiqué le président du Comité d’organisation du CIRAT, Tueguem Clarence.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :