Publicités

Cameroun – Élevage: Le Cameroun importe 165 Vaches de la France pour augmenter sa production locale de lait

Les animaux sont arrivés à Garoua dans la région du Nord, le 3 octobre 2020.

Le Cameroun importe 165 vaches de la France, pour multiplier sa production locale de lait. Ces animaux ont atterri à Garoua, dans la région du Nord, le 3 octobre 2020. Le gouvernement camerounais les a achetées, grâce au Projet de Développement de l’Elevage (PRODEL), «financé par la Banque mondiale», rapporte le quotidien national bilingue Cameroon Tribune en kiosque ce 5 octobre 2020.

Notre confrère affirme que le pays accuse un grand déficit en production de lait de l’ordre de 120 000 tonnes par an, malgré la production locale qui a augmennté de 7% depuis 2014, pour s’établir à près de 275 000 tonnes en 2019. Ainsi, le Dr Abouame, coordonnateur du PRODEL, confie que: «le gouvernement emmène les animaux de très haute performance pour résoudre ce déficit».

Selon le journal, «le Septentrion, qui possède un savoir-faire presque imbattable en matière d’élevage, a déroulé le tapis rouge aux 165 génisses gestantes de race montbéliarde, dont la production est estimée, selon les spécialistes à 40 litres de lait par jour», lit-on.

Ces animaux ont été convoyés à «la station de Lougguerre par Guider, dans le département du Mayo-Louti, où trois étables d’une capacité de 60 animaux les attendent. C’est là-bas qu’elles passeront leur quarantaine», déclare le Dr Bessong Ojong, conseiller technique n°2 au ministère des Pêches et des Industries Animales (MINEPIA), dans les colonnes du journal.

Un protocole strict a été défini pour leur accueil, leur acclimatation de deux à trois mois et leur adaptation dans le nouvel écosystème. Le MINEPIA, le Dr Taïga, a aussi demandé aux opérateurs du secteur, d’emboîter le pas au gouvernement en faisant importer à leur tour des vaches laitières.

D’après Guy Charbonnier, l’un des spécialistes ayant convoyé les animaux depuis la France, «l’arrivée des animaux a coïncidé avec la pluie à Garoua. Cela a évité le stress thermique aux bêtes qui auront besoin de beaucoup d’eau. Maintenant, il faut être regardant sur l’alimentation, le couchage, la surveillance», lit-on.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :