Publicités

Cameroun – Effets du Covid-19: Le Premier ministre, Joseph Dion Ngute, prescrit une étude approfondie des propositions du Gicam pour une meilleure sortie de crise

C’est à la faveur d’une concertation tenue le 27 juillet 2020 entre le chef du gouvernement et le patronat.

La concertation s’est tenue en visioconference entre le Premier ministre, quelques membres de son gouvernement et Célestin Tawamba, le président du Groupement inter patronal du Cameroun (Gicam). Les deux parties veulent accorder leurs violons au sujet des exonérations fiscales prises par l’Etat pour relever l’économie meurtrie par la pandémie du Covid-19. Concrètement, le Chef du gouvernement demande que le ministre des Finances, Louis Paul Motaze, en liaison avec les autres administrations compétentes étudient les propositions du Gicam et lui rendent compte dans les meilleurs délais.

En effet, le Gicam a proposé 18 mesures en fin mars 2020 pour permettre aux entreprises de faire face au Covid-19. Elles sont en rapport avec la fiscalité, la politique douanière et d’apurement de la dette intérieure, la politique sociale des entreprises, ou encore la politique financière et monétaire. Sur le plan fiscal et social, il s’agit entre autres du report sans pénalités des délais des déclarations statistiques et fiscales; le report du paiement des acomptes de l’Impôt sur les sociétés; le report du paiement de l’Impôt sur le revenu des personnes physiques sur les salaires.

Mais le patronat est préoccupé par les dispositions fiscales prises par l’Etat qui sont insuffisantes et ne permettent pas aux entreprises de mieux résister à la crise. Ce d’autant plus que le patronat craint la reprise annoncée des contrôles fiscaux momentanément suspendus par le chef de l’Etat dans le cadre des mesures de soutien aux entreprises en mai dernier. D’après sa seconde étude couvrant la période mai/juin 2020 (après la première en avril 2020) de l’impact du Covid-19 sur les entreprises, il en ressort que ces entreprises ont licencié 13 834 employés permanents. La perte de leur chiffre d’affaires, estime le Gicam, pourra atteindre 3139 milliards de FCFA par rapport à 2019, et l’Etat pourra perdre 521 milliards de FCFA de recettes fiscales. La prise en compte des mesures du patronat est nécessaire pour sauver les entreprises qui créent les richesses.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :