Publicités

Cameroun – Droits de pension: Germaine Ahidjo se désolidarise de l’initiative prise par Me Alice Nkom

Dans une mise au point, Mme Ahidjo affirme que le seul combat qui lui tient à cœur est l’obtention de la réhabilitation de la mémoire du président Ahidjo et le rapatriement de sa dépouille au Cameroun.

Germaine Ahidjo, veuve du défunt président Amadou Ahidjo, vient sans doute d’écrire le dernier épisode d’un feuilleton qui tient de nombreux camerounais en haleine depuis quelques jours.

Dans une mise au point signée, le 16 septembre 2020, par son secrétariat particulier et approuvée par elle, cette dernière relève que l’initiative de Me Alice Nkom, bien intentionnée et justifiée sur le fond, et pouvant apparaître comme une faveur demandée, «a été prise de manière unilatérale et sans information préalable de Mme Ahidjo, qui s’en désolidarise», peut-on lire.

«Mme Ahidjo n’a eu depuis la disparition du Président Ahidjo qu’un seul combat: obtenir la réhabilitation de la mémoire du président Ahidjo et le rapatriement de sa dépouille sur la terre de ses ancêtres». Une demande qui  «s’inscrit dans un esprit de paix, d’unité dont le Cameroun a plus que jamais besoin», soutient-elle.

Cela  étant, il «ne fait aucun doute que cette pension est due à Mme Ahidjo. Seule l’hospitalité du peuple sénégalais et de ses chefs de l’Etat successifs lui ont permis de vivre dans un exil certes douloureux mais digne», peut-on lire dans cette mise au point publiée dans les colonnes du quotidien Le Messager édition du 18 septembre 2020.

Pour Mme Ahidjo, «tout éventuel appel n’ayant pas trait à la réhabilitation du président Ahidjo ou au rapatriement de sa dépouille et n’étant pas explicitement émis par Mme Ahidjo doit être considéré comme étant désavoué par elle».

A titre de rappel, dans une lettre adressée à Chantal Biya le 14 septembre 2020, Me Alice Nkom sollicitait l’implication de l’épouse du chef de l’Etat pour le paiement des droits de pension de Germaine Ahidjo en sa qualité de veuve de l’ancien président de la République.

La célèbre avocate était désavouée deux jours plus tard par Aminatou Ahidjo, la fille cadette de Germaine Ahidjo. Dans une mise au point, la présidente du Conseil d’Administration du palais des congrès de Yaoundé indiquait que l’initiative de Me Nkom n’avait jamais reçu l’approbation de l’ancienne première dame.

Publicités
Étiquettes : ,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :