Publicités

Cameroun: des députés appelés à défendre le peuple.

La militante de la société civile basée en Asie, Tata Kwawi Mbinglo, après que sa précédente lettre au président du Cameroun s’est adressée aux parlementaires de deux régions les plus durement touchées par la crise, Ndu et Nkambe.

Tata Mbinglo a dénoncé l’indifférence continue des personnes élues pour les représenter au Parlement.

Il est particulièrement attristé dans la lettre par le fait que Ndu ait toujours été historiquement partie à de tels assassinats et violations flagrantes des droits humains fondamentaux, comme il l’a déclaré: «L’histoire veut que nos hommes et nos femmes aient été brutalement agressés et assassinés pendant le génocide à Ndu. En tant que personnes, nous avons travaillé si dur pour éliminer ces souvenirs blessants et regrettables, bien que les douleurs traversent toujours les veines de chaque œil qui a été témoin de l’incident et de chaque oreille qui a entendu l’histoire ».

Visiblement attristé par l’incident du passé, Mbinglo dans sa lettre pense que c’est trop que, n’ayant toujours pas oublié l’incident du passé, les forces gouvernementales ont cherché à ajouter du sel aux blessures en attaquant et en massacrant des dizaines de personnes à Ngarbuh, avec femmes enceintes et enfants inclus.

«Nous ne savions pas qu’un autre jour sombre nous attendait pour vivre l’expérience horrible et lamentable de l’incident de Ngarbuh, qui continue de ronger profondément dans nos moelles, avec la vérité amère que nous avons tout perdu, y compris l’air que nous respirer », a-t-il dit.

Mbinglo a conseillé aux députés de mettre fin à leur participation cérémonielle aux sessions parlementaires qui, le plus souvent, ne produisent aucun fruit et de ramener le cas de leurs populations souffrant à la maison, en quête de justice. Indépendamment des affiliations à des partis, les parlementaires devraient défendre l’humanité et la justice.


Toujours pas réglé sur les atrocités commises par les militaires à Ngarbuh, Mbinglo dans sa lettre attire l’attention sur les trois cadavres de jeunes trouvés à la station-service Ndu Total à Ngarum, ainsi que deux femmes abattues par le même militaire responsable de la la mort des trois jeunes, affirmant que les tueries devenaient la nouvelle norme dans les régions anglophones, tandis que les représentants supposés du peuple siégeaient et recevaient d’énormes indemnités à Yaoundé pour n’avoir pratiquement rien fait.

Mbinglo rappelle que le silence des parlementaires face aux massacres qui prévalent dans leur population dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest signifie qu’ils sont conformes à ce qui se passe.Il termine sa lettre par un appel à une action immédiate des parlementaires pour aider à mettre fin au sort de leurs populations souffrant. Il leur demande de s’opposer aux meurtres injustes constants de civils innocents et espère que les familles des victimes seront dûment réconfortées.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

WhatsApp chat
%d blogueurs aiment cette page :