Publicités

Cameroun – Crise anglophone: Après les attaques dans les écoles, le ministre de la Défense prescrit le renforcement des mesures sécuritaires

Joseph Beti Assomo a entamé le 9 novembre 2020, une visite de travail dans les deux régions en crise depuis quatre ans.

Cette visite au Nord-Ouest et au Sud-Ouest, a été instruite par le Président Paul Biya. Elle intervient deux semaines après le massacre des enfants au complexe scolaire Mother Franscica International Bilingual Academy de Kumba.

Lors de la première étape de ladite visite à Kumba, le ministre délégué à la Présidence en charge de la Défense (MINDEF), Joseph Beti Assomo, a renouvelé les condoléances de la République aux familles des victimes, réitérant la détermination des autorités à mettre les assaillants hors d’état de nuire. A ce sujet, Cameroon-Info.Net a appris que trois des membres du commando ayant attaqué le complexe scolaire Mother Franscica International Bilingual Academy de Kumba, ont déjà été appréhendés ou neutralisés. Les recherches se poursuivent pour mettre la main sur les autres.

Selon nos confrères de la chaîne privée Equinoxe Télévision, le MINDEF, au cours de cette visite, a prescrit aux autorités militaires de la région, le renforcement du dispositif et des mesures sécuritaires.

Ce qui signifie que le gouvernement opte pour l’option militaire, alors que des voix dans l’opposition, notamment Maurice Kamto, appellent à un dialogue plus inclusif.

Les dernières semaines ont été marquées par l’escalade de la violence en zone anglophone. Sept enfants ont été tués et 14 autres blessés lors de l’attaque du Mother Franscica International Bilingual Academy de Kumba par un commando armé.

Le 4 novembre, un autre commando d’hommes armés a fait irruption au Kulu Memorial Collège de Limbe. Après avoir déshabillé élèves et enseignants, ils ont mis le feu dans certains bâtiments. Heureusement, personne n’a été tué.

La veille, le 3 novembre, près d’une dizaine d’enseignants et élèves de la Presbyterian School de Kumba, au Nord-Ouest, ont été enlevés par des hommes armés. Au cours de cette période, le Cardinal Christian Tumi a été kidnappé puis remis en liberté et un chef traditionnel a été tué au Sud-Ouest.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :