Publicités

Cameroun: brièvement enlevé, le cardinal Tumi demande à Paul Biya de «déclarer l’amnistie»

Le cardinal Christian Tumi sort de son silence. Après une semaine de repos et d’examens médicaux, le prélat camerounais, âgé de 90 ans, accepte de revenir sur le bref enlèvement dont il a fait l’objet les 5 et 6 novembre dernier.

Le cardinal Christian Tumi avait été arrêté puis enlevé sur la route entre Bamenda et Kumbo, alors qu’il circulait en compagnie du Fon (roi traditionnel) des Nso, et de plusieurs accompagnateurs. Il avait été libéré dès le lendemain. Dans cette région du nord-ouest sévissent des milices sépratistes. Le cardinal Tumi est célèbre dans le pays pour ses tentatives de médiation entre les séparatistes anglophones et le gouvernement camerounais.

Témoignage du cardinal Tumi

Ils voulaient savoir quelle était mon opinion sur la forme du gouvernement du pays. Je leur dit : c’est le fédéralisme. Ils ont dit non […] Je crois que c’est au chef de l’État maintenant de faire quelque chose et je crois qu’il peut le faire, c’est-à-dire déclarer l’amnistie pour qu’il y ait la paix et que les enfants aillent à l’école. Il faut que l’armée rentre dans ses casernes et que ces garçons-là déposent les armes.

François Mazet

Le prélat assure avoir été traité avec respect, avoir parlé politique avec ses ravisseurs, et appelle désormais le président Paul Biya à jouer la carte de l’apaisement dans ces zones déchirées par des années de conflit.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :