Publicités

Cameroun – Arrestation des assassins présumés de Florence Ayafor: L’un des suspects se trouvait à Douala où il préparait l’achat des armes et munitions (armée)

Le colonel Cyrile Atonfack, porte-parole de l’armée, a publié ce 10 juillet 2020 un communiqué qui revient sur les circonstances de l’interpellation de deux hommes, suspectés d’avoir participé à l’horrible assassinat à Bamenda en septembre 2019 de Florance Ayafor, une gardienne de prison, mère de trois enfants.

Voici l’intégralité du communiqué:

La crise sociopolitique dans les régions administratives du Nord-Ouest et du Sud-Ouest déclenchée en 2016 à la suite des revendications corporatistes des enseignants et des avocats, a connu depuis 2017, des dynamiques de radicalisation de la part des bandes armées se réclamant d’un certain mouvement sécessionniste.

Dans le but de faire entendre leurs récriminations, ces bandes terroristes criminelles se sont investies dans la pratique quotidienne d’exactions dans les 02 régions, ainsi que dans les localités voisines. Les modes opératoires utilisés par les terroristes séparatistes se résument en termes d’enlèvements, de décapitations et d’exécutions sommaires vis-à-vis des personnes, y compris les vieillards, femmes et jeunes écoliers jugés non favorables à leur projet, ou alors des éléments des Forces de Défense et de sécurité.

Le cas de Dame Florence Ayafor, du nom de cette gardienne de prison atrocement écorchée et décapitée le 29  septembre 2019, et dont la vidéo macabre de son exécution avait été célébrée dans les réseaux sociaux par les terroristes  sécessionnistes et la communauté de leurs suppos, est venu confirmer du caractère inhumain et bestial de ces terroristes  sécessionnistes. Près d’un an après le forfait, deux suspects, formellement reconnus sur la vidéo ont récemment été interpellés par les éléments des Forces de Défense et de Sécurité.

Leur présentation à la grande famille de la presse nationale ce jour, vendredi 10 juillet 2020, vise à rassurer  l’opinion nationale et internationale de la détermination des Forces de Défense et de Sécurité à venir à bout des bandes criminelles.

Gardienne de prison en service à la Prison Centrale de Bamenda dans la Région du Nord-Ouest, Florence Ayafor,  âgée de 46 ans, était mère de 03 enfants. La jeune dame était également issue de la Promotion 2004 de l’Ecole Nationale  de l’Administration Pénitentiaire, l’ENAP de Buea, dans la Région du Sud-Ouest.  De retour des obsèques d’un proche à Pinyin, Arrondissement de Santa, Département de la Mezam, Région du  Nord-Ouest, Florence Ayafor a d’abord été enlevée par des hommes armés non identifiés sur la route de Bali à bord du  véhicule qui la transportait pour Bamenda, dans la journée du 29 septembre 2019.

La vidéo macabre présentant son  exécution a ensuite été diffusée sur les réseaux sociaux le lendemain, 30 septembre 2019. Dans celle-ci, on y voit clairement  7 hommes, dont 4, trainant la jeune femme nue, jambes largement écartées avec une corde au cou sur plusieurs centaines  de mètres, après l’avoir violée. Florence Ayafor sera ensuite décapitée à l’aide d’un couteau et d’une machette, sa tête  déposée près de son corps gisant dans une mare de sang dans un carrefour, sous les rires moqueurs de ses bourreaux.

Les deux premiers suspects de l’assassinat de dame Florence Ayafor présentés ce jour avaient déjà été  formellement identifiés dans la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux présentant son exécution. Les renseignements fournis  par des sources locales ont permis d’interpeller dans un premier temps, le nommé NIBA Innocent AKUMA.

Son  exploitation a permis aux enquêteurs de la Division de la Sécurité Militaire, de pister et de mettre la main sur l’un de ses  complices, le nommé NGU Roger, dans la nuit du 24 juin 2020, au lieu-dit Ndombo, Bonaberi, dans la ville de Douala. Au moment de son arrestation, le nommé NGU ROGER finalisait des opérations clandestines d’achat d’armes et de munitions à Douala.

L’exploitation des données recueillies se poursuit, afin de retrouver dans la mesure du possible, les autres  terroristes ayant participé à ce crime odieux.

Ces premières arrestations constituent une réalisation de la promesse faite  le 18 octobre 2019 par le Gouverneur de la Région du Nord-Ouest, Adolphe Lele Lafrique, alors qu’il se trouvait dans le  domicile de la famille de la victime à Bamenda pour leur présenter les condoléances et le message de réconfort du Chef des Forces Armées son Excellence Monsieur Paul Biya.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :