Publicités

Cameroun – Appel à évincer Paul Biya du pouvoir: Le président du PADDEC, Jean de Dieu Momo, fait le procès de l’opposition

Le Président du Parti des Patriotes Démocrates pour la Développement du Cameroun pense que les opposants radicaux au régime veulent utiliser l’indigence du peuple à des fins politiques alors qu’ils n’ont connu que l’opulence.

Il n’échappe à personne que le président du Parti des Patriotes Démocrates pour la Développement du Cameroun (PADDEC), Jean de Dieu Momo, n’est plus un opposant comme les autres. A la faveur de la présidentielle de 2018, il a troqué son statut d’opposant radical avec celui d’allié du parti au pouvoir, le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC). Depuis lors, il ne loupe pas la moindre occasion de faire le procès de ses pairs d’hier, qui continuent le combat pour le changement à la tête du pays, lequel était son obsession d’antan.

Il ne manque pas de les égratigner depuis que certains se mobilisent derrière le président du Mouvement pour le Renaissance du Cameroun (MRC), Maurice Kamto, pour contribuer à l’ultime phase de son plan de résistance, visant à évincer Paul Biya du pouvoir. Le ministre délégué auprès du ministre de la Justice, plaint cette opposition «incapable de s’unir pour gagner une élection», mais qui «tente vainement de s’unir pour l’insurrection».

Dans l’une de ses dernières chroniques commises le lundi 14 septembre 2020, il voue cette initiative aux hégémonies. Pour lui, ses instigateurs «poussent des spasmes mortels et font des soubresauts du dernier soupir pour tenter de mobiliser leurs maigres militants et sympathisants dans une marche insurrectionnelle illusoire et vouée à un cinglant échec».

Pour Jean de Dieu Momo, l’opposition radicale brandit la «prétendue misère» du peuple à des fins politiques, comme une arme contre le régime, alors que nombreux de ces opposants vivent dans l’opulence.

 

Voici la chronique intégrale de Jean de Dieu Momo :

INCAPABLE DE S’UNIR POUR GAGNER UNE ÉLECTION, L’OPPOSITION TENTE VAINEMENT DE S’UNIR POUR L’INSURRECTION!

Malgré son grand capital politique le RDPC s’est allié le G20, les partis politiques de Bello Bouba, d’Issa TCHIROMA etc., pour gagner l’élection présidentielle du 9 octobre 2018. Les leaders des partis d’opposition qui se prenaient chacun pour le Messie, sont partis en rangs dispersés. Et ils ont lamentable perdus. Aujourd’hui, perdus eux-mêmes dans le vaste champ politique, ils poussent des spasmes mortels et font des soubresauts du dernier soupir pour tenter de mobiliser leurs maigres militants et sympathisants dans une marche insurrectionnelle illusoire et vouée à un cinglant échec. Et ce n’est que justice car en démocratie la majorité triomphe et gouverne toujours, au Cameroun comme partout ailleurs dans le monde.

Voilà qui est la vérité et qui ne changera pas demain. Mais à vrai dire est-ce que l’opposition radicale ne trompe pas le peuple en exagérant sa prétendue misère? J’ai aussi été leader de l’opposition et je tenais le même langage de la pauvreté du peuple alors que je roulais carrosse, avais plusieurs voitures, passais des week-ends en mer avec ma famille et avais le frigo remplis de victuailles. A Makepe Missoke mes sœurs ne manquaient pas à manger chez elles. Au contraire la vie chauffe grave à Makepe Missoke, à Bependa, à Brazzaville ou à Village. NOTRE MISÈRE EST EXAGÉRÉE PAR LES LEADERS DE L’OPPOSITION POUR LES BESOINS DE MOBILISATION DES MILITANTS.

Momo Jean de Dieu, Fo’o Dzakeutonpoug

Publicités
Étiquettes : ,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :