Publicités

Cameroun – Alliance RDPC/UNDP: Des cadres de l’Union Nationale pour la Démocratie et le Progrès dénoncent le non-respect des clauses signées avec le pouvoir en 1997 et exigent plus de postes ministériels

Vingt-trois ans après, ces cadres estiment que le parti au pouvoir n’a jamais tenu sa parole.

C’est en novembre 1997 que la plateforme de collaboration a été signée entre l’Union Nationale pour la Démocratie et le Progrès (UNDP) de Bello Bouba Maïgari, le président national du parti, et le RDPC, le parti présidentiel. Près de 23 ans après, des cadres de l’UNDP remontent au créneau pour dénoncer ce qu’ils qualifient de marché de dupes.

En effet, la plateforme stipule entre autres, «l’octroi de quatre postes ministériels à l’UNDP dans le gouvernement et de quelques postes de hauts cadres dans l’administration. Mais vingt-trois années après, le constat reste amer. Non seulement le butin n’est plus à la mesure des termes du «contrat», mais bien plus, la plate-forme mérite d’être retouchée pour l’adapter au contexte, estiment des responsables de l’UNDP», peut-on lire dans les colonnes du quotidien Le Messager édition du 14 juillet 2020.

Si lesdits responsables ne sont pas clairement identifiés, un «dignitaire» de l’UNDP pense que le ministre d’Etat, Bello Bouba Maïgari, «a son propre agenda. Il ne roule que pour lui-même». Le malaise est également perceptible parmi les proches du président de l’UNDP, qui ne cachent plus leurs exaspérations.

La plateforme qui unit ce parti au RDPC depuis 1997 «pour la préservation de la paix et pour la promotion de la démocratie» doit être revisitée. «Nous réclamerons plus de postes ministériels et dans la haute administration comme stipulé dans notre plate-forme…Si la réponse n’est pas positive, la plate-forme serait remise en cause car elle ne répond plus aux objectifs que nous nous sommes fixés depuis 1997», soutient une source proche du président national, dont l’identité n’a pas été dévoilée.

Selon le journal, le problème de cette alliance vient du fait que le groupe de suivi qui avait été mis en place à la création de la plateforme, ne fonctionne plus. «La dernière réunion dudit groupe remonte à janvier 2000», précise un autre proche de Bello Bouba Maïgari. Pour ce proche, «il y a nécessité d’actualiser ce groupe et de le faire fonctionner». D’après notre confrère, l’UNDP «réfléchit à une nouvelle approche de collaboration avec le parti au pouvoir».

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :