Publicités

Brexit : « Il reste maintenant à éviter le pire : une sortie des Britanniques sans aucun accord »

Jouer la montre, comme le font les Britanniques et les Européens, est une tactique traditionnelle de négociations. Mais cela n’est-il pas trop risqué alors que l’essentiel est joué ?

Chronique. Franchement, qui s’intéresse encore au Brexit, hormis quelques diplomates, lobbyistes et journalistes ? Une pandémie est en cours, les morts se comptent en centaines de milliers, une crise économique historique fait des millions de chômeurs… Et pendant ce temps-là, que font Londres et Bruxelles ? Ils mettent puérilement en scène des désaccords sur leurs futures relations commerciales.

Vendredi 16 octobre, après un sommet européen qui n’a rien changé, le premier ministre britannique, Boris Johnson, a fait semblant de mettre fin aux négociations. Sauf que Michel Barnier et David Frost, les deux négociateurs, se sont parlé par téléphone et que la réalité est que les pourparlers continuent. En temps normal, ce genre de petit jeu politique serait sans doute de bonne guerre. A l’heure actuelle, on frise l’indécence.

C’est d’autant plus vrai que les positions des deux camps sont en fait très proches. Un petit effort des Européens sur la pêche, un geste des Britanniques sur la question des aides d’Etat, et on devrait pouvoir trouver un terrain d’accord.

Eviter le pire

Le Brexit est bien entendu un sujet majeur, historique même. Mais les jeux sont aujourd’hui pratiquement faits. Depuis le 1er février, le Royaume-Uni est sorti politiquement de l’Union européenne. Reste à déterminer les futures relations commerciales entre les deux camps, qui entreront en vigueur au 1er janvier 2021. Voilà bien longtemps qu’il n’est plus question de « Brexit doux » ou de « Brexit dur ». Il ne reste plus que la seconde option, Boris Johnson ayant décidé qu’il souhaitait avoir sa propre politique commerciale, ce qui oblige à rétablir les contrôles des marchandises à la frontière.

D’un point de vue économique, c’est regrettable, surtout pour le Royaume-Uni, mais c’est ainsi. On ne peut plus revenir en arrière. Quoi qu’il se passe, début 2021, les entreprises qui commercent des deux côtés de la frontière devront remplir des déclarations d’importation, d’exportation, obtenir, le cas échéant, des certificats sanitaires ou phytosanitaires, les camions passant par le Kent devront avoir un permis d’accès… Cette paperasserie représente une large partie du coût économique à venir.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :