Boeing 737 MAX : le secteur aérien reste calme

 

Les États-Unis ont finalement annoncé mercredi l’immobilisation au sol des Boeing 737 MAX, à la suite de l’accident dimanche d’un 737 MAX 8 de la compagnie Ethiopian Airlines, qui a fait 157 morts.

Issa-Thiam.jpg

Pourquoi ? D’une part, parce que la plupart des compagnies aériennes peuvent encore parfaitement assurer leurs liaisons dans la mesure où elles disposent d’autres appareils. 6 000 exemplaires de l’ancien modèle (le 737 NG) sont encore en service. D’autre part, parce que la récente mise en circulation du 737 MAX fait qu’il en existe encore assez peu dans le ciel au final.

La décision du président américain a été prise dans le sillage de celle du Canada, qui, jusqu’à mercredi, était le seul pays à accompagner les Américains dans leur refus de suspendre des airs cet aéronef.

Le Canada a dévoilé ces informations alors que plusieurs pilotes américains ont eux-mêmes rapporté en octobre et novembre, sur une base de données anonyme de la NASA, avoir été confrontés à un dysfonctionnement du système MCAS.

Ils ont toutefois réussi à éviter un accident car ils avaient été informés et entraînés à faire face à ce potentiel incident.

2

 

Étiquettes : , , ,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :