Publicités

Alain Griset, ministre des PME, visé par deux enquêtes judiciaires

Comme le révélait « Le Monde », la HATVP a transmis à la justice le dossier du ministre pour des faits « susceptibles de revêtir la qualification d’abus de confiance ». Deux enquêtes judiciaires ont été ouvertes, l’une par le parquet de Lille, l’autre par le parquet de Paris.

Près de cinq mois après le remaniement, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a publié, mardi 24 novembre, les déclarations d’intérêts et de patrimoine des membres du gouvernement. Et un cas en particulier a retenu son attention. Selon les informations du Monde, le dossier du ministre délégué aux petites et moyennes entreprises (PME), Alain Griset, a été transmis au procureur de la République pour des faits « susceptibles de revêtir la qualification d’abus de confiance », selon la HATVP. « Les déclarations de situation patrimoniale et d’intérêts de monsieur Griset » ne sont « ni exactes, ni sincères », écrit l’institution dans sa délibération. Deux enquêtes judiciaires ont été ouvertes contre le ministre, mardi, l’une par le parquet de Lille, l’autre par le parquet de Paris.

La HATVP lui reproche d’avoir omis de déclarer des « participations financières détenues dans un plan d’épargne en action (PEA), ainsi que le compte espèce associé, pour un montant total de 171 000 euros ». Plus baroque encore, l’argent détenu par le ministre sur son PEA venait en fait de la vente de parts d’une société civile immobilière (SCI) détenues par la Confédération nationale de l’artisanat et des services (CNAMS) Nord, qu’il a présidée jusqu’à sa nomination au gouvernement, le 6 juillet. M. Griset dirigeait cette institution depuis 1991.

Un acte « maladroit »

Auditionné, le 13 novembre, par la HATVP, ce dernier a expliqué que les six membres du bureau de la CNAMS Nord avaient convenu, « en août 2019, de lui confier 130 000 euros, issus d’une cession immobilière, pour qu’il les plaçât sur son PEA », selon le rapport rédigé par la Haute Autorité. « Il a toujours été clair que cette somme et les plus-values du placement appartenaient à la CNAMS et qu’elles seraient libérées pour l’acquisition d’un nouveau bien », précise au Monde l’entourage du ministre.

Pourquoi les membres du bureau ont-ils décidé de verser cet argent sur le compte d’Alain Griset, et non sur un compte de la confédération ? « Ils ont fait ça entre collègues, ils se connaissent depuis longtemps. Le PEA était là, c’était facile », rapporte un proche de M. Griset, qui concède un acte « maladroit ». Au total, l’investissement, réalisé entre août 2019 et juillet 2020, a permis de réaliser une plus-value de 19 200 euros. La totalité des sommes a été reversée à la CNAMS, en deux temps. Ces opérations se sont achevées le 2 novembre.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :