CAMEROUN: marche du MRC Le FDC condamne les tirs à balle réelle sur les militants du MRC.

La manifestation Pacifique MRC a eu lieu ce samedi 26 janvier 2019. A Douala, certains cadres du parti ont reçu des balles réelles. Dans un communiqué de presse ce samedi, Le Front des Démocrates camerounais (FDC) condamne l’attitude des forces de l’ordre.

des militants du MRC ont été interpellés par les forces de l’ordre et mis aux arrêts dans plusieurs lieux de détention. C’est le cas de Paul Éric Kingue et Valsero, apprend-on de nos sources.

Maître Michèle Ndoki, première vice-présidente des femmes du MRC a reçu deux balles aux cuisses devant l’hôpital général. Célestin Djamen a également reçu une balle. La classe politique commence à réagir. C’est le cas du FDC, à travers son Directeur National.

Le FDC condamne ces actes odieux et excessifs des forces de sécurité qui viole le droit constitutionnel et le droit international. Les citoyens camerounais sont libre d’exprimer leur point de vue et manifester pacifiquement sans craindre d’être arrêté où tué.« Le Front des Démocrates camerounais (FDC) a appris ce matin que lors d’une marche Pacifique organisé par le Mouvement pour le Renaissance du Cameroun (MRC) à douala, M. Célestin Djamen , Secrétaire National en charge des droits de l’homme et Me Michèle Ndoki ont été victimes des tirs à balle réelle par les policiers camerounais. Le FDC condamne ces actes fastidieux et abusif des forces de sécurité qui viole le droit constitutionnel et le droit international. Les citoyens camerounais doivent pouvoir exprimer leur point de vue et manifester pacifiquement sans craindre d’être arrêté où tué. Le FDC invite les autorités à mettre fin au recours à une force illégale et excessive par les forces de sécurité et engager des poursuites contre les responsables de ces exactions de trop ».

Maurice Kamto et Christian Penda Ekoka ont aussitôt pris la Direction de Douala pour s’informer de la situation. « Après avoir appris que la police a tiré à balle réelle sur un militant, Célestin Njamen, à Douala pendant les marches blanches,  Maurice Kamto, président élu, et Christian Penda Ekoka, président du mouvement AGIR, ont pris la route pour Douala afin de s’enquérir de la situation », peut-on lire sur le compte twitter du Conseiller technique à la présidence de la république.

Étiquettes : ,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :