Publicités

Accord Israël-Émirats : une « nouvelle ère » qui divise sur la scène internationale

Saluée comme le début d’une « nouvelle ère » par Benjamin Netanyahu, l’annonce de la normalisation des relations entre Israël et les Émirats arabes unis, jeudi, divise la scène internationale. 

 

Tantôt célébrée, tantôt condamnée, l’annonce d’un accord de normalisation des relations entre les Émirats arabes unis et Israël a provoqué une pluie de réactions, partout dans le monde. Si les premiers concernés ont salué le début d’une « étape audacieuse » ou encore l’ouverture d’une « nouvelle ère », l’enthousiasme est loin de faire l’unanimité chez les États voisins. Tour d’horizon des principales réactions aux quatre coins du monde.

  • Un accord salué par l’Europe et les États-Unis

L’accord n’est rien d’autre qu’une « percée spectaculaire », a commenté le président américain, Donald Trump, qualifiant cette normalisation d' »accord de paix historique entre nos deux grands amis ». « Les États-Unis espèrent que ce pas audacieux sera le premier d’une série d’accords clôturant 72 années d’hostilités dans la région », a appuyé le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo.

Même enthousiasme de l’autre côté de l’Atlantique. La France s’est félicitée de l’accord et de la « décision prise dans ce cadre » par Israël de « suspendre l’annexion de territoires palestiniens ». « L’état d’esprit nouveau dont témoignent ces annonces doit désormais permettre la reprise des négociations entre Israéliens et Palestiniens en vue de l’établissement de deux États (…) ». Le projet israélien d’annexion, dont la suspension a été annoncée, « n’est toutefois pas écarté définitivement », a nuancé l’ambassadeur américain en Israël.

Londres salue de son côté « une étape historique qui voit la normalisation des relations entre deux grands amis du Royaume-Uni ». »À la fin, il n’y a pas de substitut pour des négociations directes entre les Palestiniens et Israël, seule solution pour parvenir à une solution à deux États et une paix durable », a déclaré le chef de la diplomatie britannique, Dominic Raab. 

 
  • Un effort pour la stabilité, selon l’Égypte et le Bahreïn

« Le royaume salue les efforts diplomatiques déployés par les Émirats arabes unis. Cette étape historique contribuera au renforcement de la stabilité et de la paix dans la région », a jugé l’agence de presse officielle, Bahrain News Agency.

Un point de vue partagé par l’Égypte. « J’apprécie les efforts des artisans de cet accord pour la prospérité et la stabilité de notre région », a ainsi tweeté le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, accueillant favorablement « une étape » vers la « réalisation de la paix au Moyen-Orient ». L’Égypte est signataire, également sous la tutelle de Washington, du premier traité de paix avec l’État hébreu en 1979.

  • Une condamnation de la Palestine, de la Turquie et de l’Iran

Sans surprise, la Palestine condamne cet accord qu’elle considère comme « une trahison de Jérusalem et de la cause palestinienne », et appelle à une « réunion d’urgence » de la Ligue arabe. 

L’accord « ne sert pas la cause palestinienne » et constitue un « chèque en blanc » pour la poursuite de « l’occupation » par Israël, a dénoncé, de son côté, le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza.

Le ton était tout aussi sévère en Turquie, où le gouvernement turc accuse Abou Dhabi de « trahir la cause palestinienne » en acceptant de signer cet accord. « Les Émirats arabes unis s’efforcent de présenter cela comme une sorte de sacrifice pour la Palestine, alors qu’ils trahissent la cause palestinienne pour servir leurs petits intérêts », a réagi dans un communiqué le ministère turc des Affaires étrangères. « L’Histoire et la conscience des peuples de la région n’oublieront pas cette hypocrisie et ne la pardonneront jamais », a-t-il ajouté.

La réaction était tout aussi vive du côté de Téhéran. L’Iran a également condamné cet accord qu’il qualifie, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, de « stupidité stratégique d’Abou Dhabi et de Tel-Aviv ». « Le peuple opprimé de Palestine et toutes les nations libres du monde ne pardonneront jamais la normalisation des relations avec l’occupant et le régime criminel d’Israël et la complicité des crimes du régime », a-t-il ajouté.

 

Publicités
Étiquettes : , ,

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :