Publicités

11 pays européens appellent à dresser une liste de mesures dissuasives contre le projet israélien d’annexion

« Nous comprenons qu’il s’agit d’une question sensible et le timing est important, mais le temps presse »

Les ministres des Affaires étrangères de onze pays européens ont adressé vendredi une lettre urgente au chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, pour lui demander de préparer au plus vite une liste de réponses possibles en cas d’annexion unilatérale par Israël de terres en Cisjordanie. 

La France, l’Italie, les Pays-Bas, l’Irlande, la Belgique, le Luxembourg, la Suède, le Danemark, la Finlande, le Portugal et Malte se sont dits préoccupés par « un amenuisement des opportunités de dissuasion », a rapporté le quotidien Haaretz.

L’appel à dresser une liste de mesures dissuasives et punitives contre le projet israélien d’annexion a été lancé pour la première fois le 15 mai lors d’une réunion informelle des représentants des pays qui ont signé la lettre adressée à M. Borrell. 

Le chef de la diplomatie européenne a chargé des responsables de préparer le document, mais selon les ministres, il n’a pas été achevé et ne leur a pas encore été présenté.

« Nous comprenons qu’il s’agit d’une question sensible et le timing est important, mais le temps presse », ont écrit les ministres, craignant que « la possibilité de mettre en oeuvre de telles mesures ne s’estompe ».

« Nous souhaitons voir un document qui résume les implications juridiques et politiques de l’annexion, ainsi que des mesures possibles de dissuasion », un texte important selon eux, qui permettrait de fournir « une base solide pour de nouvelles discussions ».

Mardi dernier, la France, l’Allemagne, l’Egypte et la Jordanie ont encore exhorté Israël à abandonner le projet, par la voix de leurs ministres des Affaires étrangères, ainsi que le Royaume-Uni.

« Le plan du président Trump contient des idées nouvelles qui permettent de réelles avancées et Israël est prêt à mener des pourparlers de paix sur cette base. Le refus palestinien de négocier ce plan de paix et les plans précédents est ce qui empêche de progresser », soutient de son côté le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou.

 

Publicités
Étiquettes :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post

%d blogueurs aiment cette page :